EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

L’Allemagne envisage de loger des réfugiés à l’hôtel

Justice & Affaires intérieures

L’Allemagne envisage de loger des réfugiés à l’hôtel

Chambre avec vue : la chaine Holiday Inn fait partie du groupe d'hotels qui accueillera des réfugiés.

[Phalinn Ooi/Flickr]

Faute d’appartements disponibles, Berlin cherche des logements alternatifs pour les réfugiés. Selon un média allemand, le gouvernement d’Angela Merkel est en train de négocier un contrat à long terme et d’une valeur de 600 millions d’euros avec une chaine d’hôtels. Un article d’EurActiv Roumanie.

Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le sénat de Berlin serait en train de négocier avec le groupe Grand City Hotels pour loger 10 000 réfugiés. Les sources du journal indiquent que l’offre actuellement sur la table s’élève actuellement à 50 € par nuit, ou 18 000 € par an, et par réfugié.

L’accord en question serait « tout compris » et inclurait des soins de santé, une aide à l’intégration et à l’orientation dans la société allemande. Puisque la pénurie de lits est un problème qui est loin d’être résolu, les autorités allemandes sont prêtes à dépenser 600 millions d’euros dans ce qu’elles espèrent voir devenir une solution à long terme.

>> Lire : Merkel place 2016 sous le signe de l’accueil des réfugiés

Le groupe mettra à disposition 22 hôtels, dont des Holiday Inn et des hôtels Wyndham. L’accord proposé est intéressant puisqu’il garantira un taux d’occupation plus élevé que la moyenne du secteur.

Le plan, négocié de manière secrète et sans appel d’offres, a déjà fait l’objet de vives critiques.

Ce n’est pas la première fois que des réfugiés sont logés dans des hôtels. En effet, un hotel de Berlin, le Best Western President, a récemment été utilisé à cet effet. Une solution qui coute environ 155 000 euros par mois pour 8 100 mètres carrés, soit environ 18 euros par mètre carré, ce qui se situe au-dessus des prix conseillés.

Certaines critiques estiment également que le chiffre de 10 000 réfugiés est à peu près égal à celui des sans-abri à Berlin et que l’argent du contribuable sera donc utilisé pour loger des citoyens non allemands.

Cette solution est également utilisée en France depuis un moment. Selon un reportage de France Inter, le résultat est cependant peu satisfaisant : en plus de coûter cher, il place les réfugiés dans une situation d’isolement. Le logement à l’hôtel pour un temps indéterminé est en effet loin d’être idéal pour des personnes qui tentent de s’intégrer dans une nouvelle société et les empêche de commencer une vie normale de citoyens normaux.