La Hongrie accueille les migrants riches à bras ouverts

Dimanche, les Hongrois ont voté pour la ligne hostile aux migrants prônée par Orban. Mais la Hongrie autorise l’immigration sélective. Un article de notre partenaire Ouest-France.

Il y a comme un trou dans le grillage anti-migrants hongrois… Mais c’est le régime lui-même qui a aménagé une porte d’entrée pour des arrivants qui ne sont pas triés sur le volet en fonction de leurs compétences : ils sont tout bonnement capables d’aligner 300 000 € et de les investir, pendant au moins cinq ans, dans des obligations d’État ou des bons du Trésor.

Le référendum antimigrant d'Orbán invalidé

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, a connu dimanche un revers électoral avec son référendum contre le plan de l’Union européenne sur l’accueil des réfugiés, qui, malgré le plébiscite du « non », est invalidé faute de participation suffisante.

Voici donc la Hongrie qui cadenasse ses frontières d’un côté, et qui entrouvre, de l’autre, une porte d’accès directe à l’Union européenne. C’est ce que l’on appelle de la xénophobie sélective.

Le programme a été lancé en 2013 ; en cela, la Hongrie fait comme d’autres pays européens (le Portugal, Chypre, Malte…) qui ont mis en place un programme de « visas en or » pour les riches étrangers, non européens, qui rêvent de pouvoir circuler librement au sein de l’espace Schengen.

En Hongrie, entre septembre 2013 et avril 2016, 3 515 « obligations de résidence d’État » ont été vendues, selon l’Agence de Gestion de la Dette Hongroise, l’AKK.

Mais la Hongrie a perfectionné le système. Depuis le 1er juillet, il suffit de payer 60 000 € (non remboursables), d’avancer 300 000 € (remboursables après cinq ans). Puis, la pub gouvernementale dit : « Vous obtenez la carte de résidence permanente en une seule étape. Vos enfants à charge (aucune limite d’âge) et vos parents à charge obtiendront également le permis de résidence permanente. Aucune adresse hongroise n’est demandée. »

Et, cerise sur le goulasch : « Vous pouvez voyager dans les pays de l’espace Schengen, sans visa et sans contrôles aux frontières. »

logo ouest france