EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

17/01/2017

La Serbie s’organise face à l’afflux de réfugiés avec le soutien de l’UE

Justice & Affaires intérieures

La Serbie s’organise face à l’afflux de réfugiés avec le soutien de l’UE

Tentes abritant des réfugiés près de la gare de Belgrade. [BETA, partenaire serbe d'EurActiv]

Soutenue financièrement par l’UE, la Serbie prévoit la construction de camps d’hébergements temporaires pour les réfugiés, dont seul un petit nombre déposent une demande de statut auprès de Belgrade. Un article d’EurActiv Serbie.

La Serbie ne mettra pas en place un grand camp de réfugiés, mais pourrait installer des refuges temporaires afin de faire face à l’afflux de personnes tentant de rejoindre l’Europe.

Selon les données de l’ONU, plus de 7 720 réfugiés sont entrés en Serbie via la Macédoine durant la première semaine de septembre. Depuis le début de l’année, 120 000 réfugiés sont arrivés en Serbie. L’économie du pays, qui compte 7 millions d’habitants, est pourtant fragile et le chômage avoisine les 20 %, indique le ministre de l’Intérieur, Nebojša Stefanovi?.

Le 8 septembre, l’UNICEF a annoncé que plus de 7 700 réfugiés venant de Macédoine avaient été enregistrés dans la ville serbe de Preševo, mais que ce chiffre double certainement si l’on compte les réfugiés qui entrent dans le pays sans se déclarer.

Selon Nebojša Stefanovi?, seuls 500 réfugiés ont demandé l’asile en Serbie, et 250 réfugiés sont restés. Toutefois, plusieurs villes serbes ont signalé l’arrivée régulière d’un grand nombre de migrants.

La ville de Preševo abrite par exemple un camp de réfugiés et à Belgrade, un grand nombre de réfugiés se concentrent dans le parc du centre-ville, près des stations de bus et de trains. Seule une minorité d’entre eux peut se permettre de payer des hôtels, des auberges ou des appartements.

https://youtube.com/watch?v=tM3_OO7ZFas

 

Dans un tel contexte, le besoin de centres d’accueil devient urgent. Les températures en Serbie ayant déjà beaucoup baissées par rapport à l’été.

L’UE alloue 3,2 millions d’euros pour la mise en place de nouveaux centres d’accueil

L’UE va attribuer à la Serbie 3,2 millions d’euros pour la création de nouveaux centres, mais aucun plan concret n’a encore été défini, ou du moins présenté publiquement. Il semblerait qu’aucune grande structure, et permanente, ne sera construite.

Le quotidien Blic rapporte que lors de sa rencontre avec la chancelière allemande, Angela Merkel, à Berlin, le 7 septembre, le Premier ministre serbe, Aleksandar Vu?i?, a mentionné la possibilité d’établir des centres temporaires au sud du pays et à la périphérie de Belgrade.

La délégation de l’UE en Serbie a annoncé le 8 septembre qu’elle octroierait 400 000 euros d’aide pour loger temporairement les réfugiés à Belgrade. La délégation attribue aussi 240 000 euros du programme européen pour le progrès pour les migrants de Preševo. Cette aide permettra de répondre à des besoins tels que l’élimination des déchets, l’eau et les installations sanitaires, entre autres.

Il n’existe aucune information officielle sur des projets de réinstallations de réfugiés en Serbie. Toutefois, une hypothèse circule sur la création d’un centre pour 400 000 réfugiés. Celle-ci est alimentée par l’accueil favorable que le gouvernement serbe a jusqu’à présent réservé aux migrants, comparé à l’accueil glacial que ces derniers connaissent dans les pays d’Europe centrale, d’Europe de l’Est et du Royaume-Uni.

Les autorités serbes ont même interdit les manifestations anti-réfugiés organisées par l’extrême droite. À l’intérieur du pays, les organisations d’aide internationale ont également aidé à la mise en place de bureaux d’information pour les réfugiés dans le centre-ville de Belgrade, cofinancé par l’ADRA allemande et le haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Toutefois, tout le monde n’est pas satisfait du comportement de la Serbie. La Hongrie, par exemple, a reproché à Belgrade de laisser des migrants entrer librement au niveau de leur frontière commune. Des rumeurs laissent entendre que la Serbie encouragerait les réfugiés à se déplacer vers la Hongrie.

À cela, le gouvernement serbe a répondu que les réfugiés ne voulaient pas rester en Serbie et que les forcer à rester reviendrait à violer leurs droits.

Un programme régional d’une valeur de 8 millions d’euros est également en cours de préparation. Surtout associé à la Serbie et à l’ancienne République yougoslave de Macédoine, il aura pour but de gérer les réfugiés dans les Balkans occidentaux et en Turquie. Le programme se penchera principalement sur les questions d’identification et de retour des migrants.

Contexte

Des dizaines de milliers de migrants du Moyen-Orient et d'Afrique empruntent la route des Balkans pour entrer dans l'UE. Ils passent par la Grèce, par la Macédoine, et par la Serbie avant d'entrer en Hongrie, qui est dans l'espace Schengen.