EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

Le contrôle des frontières pourrait coûter 10 milliards par an à l’Allemagne

Justice & Affaires intérieures

Le contrôle des frontières pourrait coûter 10 milliards par an à l’Allemagne

Chaos à la frontière : la multiplication de contrôle pourrait engendrer d’immenses pertes financières.

[Kecko/Flickr]

Alors que la crise des réfugiés continue, le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière, veut prolonger les contrôles aux frontières en février et au-delà. Une décision qui pourrait coûter à l’Allemagne la bagatelle de 10 milliards d’euros par an. Un article d’EurActiv Allemagne.

Les grands pontes de l’économie allemande ont tiré la sonnette d’alarme : les contrôles intensifs des frontières internes de l’UE pourraient engendrer de lourdes pertes financières. Le chef de la chambre de commerce allemande (DIHK), Martin Wansleben, a déclaré au Rheinische Post qu’avec « l’afflux, le temps d’attente et la bureaucratie supplémentaire » l’économie allemande pourrait vite perdre 10 milliards d’euros.

« L’Europe a besoin de frontières ouvertes et de biens qui circulent », a déclaré le président de la chambre de l’Industrie, Hans Peter Wollseifer, au même journal le 21 janvier. Selon lui, les mesures pourraient avoir un effet « inimaginable ».

Reiner Hoffmann, responsable de la fédération des syndicats allemands, craint que les États membres ne s’isolent au beau milieu de la crise. « L’ouverture des frontières internes est l’élément vital de l’économie européenne. Ces frontières ne doivent pas être bloquées », a-t-il déclaré.

Les temps d’attente prolongés aux frontières sont « toxiques », a ajouté Reiner Hoffmann. L’Union chrétienne sociale (CSU) a réagi à l’annonce selon laquelle l’Allemagne a accueilli un million de réfugiés l’année dernière en appelant à davantage de mesures. Le pays a d’abord réintroduit le contrôle aux frontières de manière temporaire en septembre, après l’arrivée en Bavière de milliers de réfugiés arrivant d’Autriche.

Le ministre de l’Intérieur, Thomas de Maizière (CDU), a assuré à la télé allemande que les contrôles aux frontières ne seraient pas levés de sitôt.