EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Le Foll plaide pour une «logique de Défense commune»

Justice & Affaires intérieures

Le Foll plaide pour une «logique de Défense commune»

Les États doivent coopérer davantage.

[Webzooloo/Flickr]

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement français, plaide pour une « logique de Défense commune » en Europe face à la menace terroriste. Le gouvernement souhaite développer « des coordinations, des armées européennes, des factions communes ».

La position du gouvernement français n’est pas une surprise, après que François Hollande se soit lancé dans un tour d’Europe pour convaincre ses homologues de relancer l’Europe de la défense, au mois de juillet.

« Tous ceux qui laissent penser que face au terrorisme aujourd’hui, à ce qui se passe sur l’ensemble du bassin méditerranéen et au Moyen et Proche-Orient, ceux qui laissent penser que c’est chacun pour soi et chacun chez soi qu’on va régler les problèmes, c’est un mensonge historique qu’ils font devant leur peuple », a déclaré Stéphane Le Foll sur France Info.

>> Lire : Hollande entame une tournée pour relancer l’Europe de la défense

« On ne va pas faire une armée commune, mais on ne peut plus raisonner sans avoir une logique de défense commune, c’est-à-dire cette capacité de développer des coordinations, des armées européennes, d’avoir des factions communes. Qu’elles soient complétées, coordonnées ou mises en œuvre de manière collective, c’est tout l’enjeu de cette Europe de la Défense », a affirmé le porte-parole du gouvernement français.

Paris souligne l’importance de cet aspect de la construction européenne à une époque où les États semblent bien peu armés pour faire face à des menaces internes et externes croissantes, et notamment au terrorisme.

« Au début de la construction de l’Europe, on avait commencé par la CED [communauté européenne de Défense] […] et l’Europe a explosé sur cette question de la Défense […] L’histoire de l’Europe a échoué sur la Défense, chaque pays chaque nation voulant garder sa Défense », a-t-il regretté. « L’Europe ne pourra pas rester comme elle est aujourd’hui sans cette capacité à pouvoir agir de concert. »

>> Lire : Mogherini tente de doter l’UE d’une vraie politique internationale

« Je regarde ce qui s’est passé en Grande-Bretagne, j’ai vu et j’ai entendu aujourd’hui la situation économique qui s’est légèrement dégradée, ceux qui ont vendu la sortie de l’Union comme la solution à tout ont menti […] Ceux qui disent que quitter ou détruire l’Europe ça va nous permettre de régler les problèmes d’immigration mentent », a poursuivi Stéphane Le Foll.

Dans une tribune au journal Les Echos mardi, Stéphane Le Foll proposait un nouveau contrat pour l’Europe, avec « une ambition autour de trois engagements: garantir la liberté et la sécurité, approfondir l’organisation de la zone euro; œuvrer pour la stabilité et le développement de ses voisins ».

« Ce sont nos démocraties qui sont menacées, ce sont nos libertés qui sont contestées. Et c’est dans l’union que nos pays pourront définitivement terrasser leurs ennemis, durablement relever les défis qui leur sont posés », avait-il écrit.

>> Lire aussi : Armée européenne commune, mode d’emploi