Le référendum irlandais relance le débat des droits des homosexuels en Allemagne

Gay pride à Munich. [Jerome Marot/Flickr]

Après le référendum légalisant le mariage homosexuel dans une Irlande ultra-catholique, l’opposition des conservateurs aux unions homosexuelles commence à s’effriter en Allemagne. Un article d’EURACTIV Allemagne.

L’Irlande a dit oui au mariage gay et a relancé la campagne pour les droits des homosexuels en Allemagne. Un nombre croissant de personnalités politiques conservatrices sont à présent en faveur d’une modification de la loi sur les unions homosexuelles.

« Je suis aujourd’hui certain que nous pouvons aussi lancer un processus de réflexion au sein de l’alliance de centre-droit », a assuré Stefan Kaufman, député de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), au micro de la radio publique Deutschlandfunk.

« La reconnaissance du mariage homosexuel aurait une valeur symbolique pour nombre d’amants homosexuels, mais pas seulement pour eux », a-t-il également déclaré au Tageszeitung. Il souligne que la séparation de l’État et de l’Église en Allemagne permet justement ce type de décision.

« Ce que les Irlandais catholiques peuvent faire, nous pouvons le faire aussi, voilà ce que nous devrions penser », estime également Jens Spahn, membre du comité exécutif du CDU, qui répondait aux questions du Welt. « La population est souvent plus en avance sur ces questions que ce que nous pensons », assure-t-il.

L’association des gays et lesbiennes du CDU espère aussi une plus grande ouverture d’esprit du parti. « Le ‘oui’ retentissant de l’Irlande est un signe. En Allemagne, et surtout dans notre parti, il faut agir maintenant », explique le directeur de l’association, Alexander Vogt au Spiegel Online. Il espère qu’Angela Merkel sera favorable à une modification de la loi.

Jusqu’ici, la chancelière s’est pourtant montrée prudente dans ses commentaires sur le sujet. Le mariage homosexuel était déjà une question controversée lors des dernières élections parlementaires. En réponse à une question sur les droits d’adoption pour les couples homosexuels, Angela Merkel avait répondu avoir « des difficultés avec cette idée » et ne pas vouloir rédiger une proposition à cet effet elle-même.

En Allemagne, les couples homosexuels n’ont pas le droit de se marier. Depuis 2001, ils peuvent contracter une union civile enregistrée, mais ne jouissent toujours pas des mêmes droits que les couples mariés. Les gays et lesbiennes allemands tentent donc de faire légaliser les adoptions conjointes.

L’accord actuel de la coalition gouvernementale ne mentionne pas non plus la question. Pendant les négociations de formation de la coalition, l’alliance du centre-droit et le Parti social-démocrate (SPD) ont décidé d’harmoniser la législation, mais n’ont pas trouvé d’accord en ce qui concerne l’égalité des droits entre mariage et union civile enregistrée. Le SPD n’est en effet pas parvenu à tenir tête à ses partenaires de coalition bien longtemps lors de ces négociations.

Un référendum en Allemagne ?

Nils Schmid, qui dirige le SPD dans l’État du Bade-Wurtemberg, souhaite l’organisation d’un référendum sur le mariage homosexuel en Allemagne, dans la foulée du référendum irlandais.

« Les Allemands devraient également pouvoir décider d’autoriser ou non le mariage homosexuel », estime-t-il. « Cette question sociopolitique se prête très bien à un référendum ici également. »

Nils Schmid ne cache pas son soutien au mariage gay. « Mon opinion personnelle est claire. Il n’y a pas d’amour de première ou deuxième classe », tranche le responsable politique. « Je ne veux priver personnes de vivre ce que je partage avec ma femme. »

Christine Lüder, la commissaire fédérale pour la lutte contre la discrimination, voudrait quant à elle que la question de la modification de la définition du mariage soit posée au parlement national. Dans le cas d’un vote parlementaire, les députés suivent leur opinion personnelle, plutôt que les conventions politiques de leur parti, souligne-t-elle.

« Le droit au mariage pour les homosexuels fait partie des droits de l’Homme. Cela n’a rien à voir avec les politiques des partis. Je pense qu’il faudrait que le Bundestag vote sur la question sans que les députés ne soient obligés d’adhérer aux lignes politiques des partis », explique la commissaire.

Volker Beck, des Verts, a soutenu cette proposition sur ARD. « Tout le monde pourrait ainsi voter selon sa conscience. Cela permettrait à la majorité en faveur du mariage homosexuel qui existe à la fois au sein de la population, au Bundesrat et au Bundestag de se faire entendre. »

Les Verts sont depuis longtemps en faveur de droits égaux et entendent présenter une résolution commune à cet effet au parlement national. Le Parti de gauche a d’ores et déjà annoncé soutenir cette idée et une majorité du SPD est également en faveur.

Le vice-président du CDU, Thomas Strobl, a néanmoins rejeté l’initiative de Christine Lüder et se réfère à l’accord de coalition. « Nous devrions respecter notre accord », a-t-il déclaré au Frankfurter Rundschau.

Plus de droits pour les homosexuels

« Le référendum irlandais a été analysé et débattu avec beaucoup d’attention en Allemagne, notamment au CDU », a expliqué Peter Tauber, secrétaire général du parti.

Il insiste cependant sur les limites de l’accord de coalition. « Dans notre accord de coalition avec le SPD, nous avons consenti à supprimer toutes des dispositions légales qui désavantagent les couples homosexuels. C’est ce que nous ferons », assure-t-il.

Le cabinet d’Angela Merkel espère pouvoir discuter d’une proposition du ministre de la Justice, Heiko Maas (SPD), qui vise à éliminer les mesures discriminatoires vis-à-vis des couples homosexuels dans un certain nombre de lois et de règlements.

« Dans 23 lois et règlements différents, nous allons étendre les mesures sur le mariage aux unions civiles », a expliqué le ministre au Spiegel Online. Il s’agit là « d’une autre étape vers un statut réellement égal », souligne-t-il.

Cette initiative n’a cependant pas pour objectif de rendre les unions civiles égales au mariage à d’autres points de vue.

Contexte

Dans le monde, 19 pays ont redéfini la notion de mariage pour inclure les couples homosexuels : l'Afrique du Sud, l'Argentine, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Islande, l'Irlande, le Luxembourg, le Canada, la Colombie, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède et l'Uruguay. Le mariage homosexuel est également reconnu dans certaines parties des États-Unis et du Mexique.

Au début du mois de mars 2015, le parlement slovène a également indiqué son soutien au mariage homosexuel. En Allemagne, les couples homosexuels peuvent contracter une union civile « enregistrée », mais n'ont pas le droit de se marier. L'union civile ne leur garantit pas les mêmes droits que le mariage.

Les couples gays et lesbiens tentent donc de faire légaliser les adoptions conjointes.