EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

L’Église catholique veut interdir l’avortement en Pologne

Justice & Affaires intérieures

L’Église catholique veut interdir l’avortement en Pologne

Manifestants anti-avortement en Pologne.

[Piotr Drabik/Flickr]

L’Église catholique polonaise est intervenue ouvertement dans le débat sur l’avortement mercredi, en soutenant une proposition de loi visant son interdiction totale.

Une loi de 1993 limite déjà strictement l’interruption volontaire de la grossesse (IVG) en Pologne, et ne l’autorise que dans trois cas : risque pour la vie et la santé de la mère, examen prénatal indiquant une grave pathologie irréversible chez l’embryon, et grossesse résultant d’un viol ou d’un inceste. Cette loi était considérée à l’époque comme « un compromis » entre l’Église et l’État.

Récemment, plusieurs organisations anti-avortement ont déposé au parlement une proposition de loi interdisant presque totalement l’IVG. Selon son texte, l’avortement ne serait plus autorisé que s’il est nécessaire pour préserver la vie de la mère. Ce projet porte aussi la peine maximale pour la personne qui pratique l’avortement à 5 ans de prison, contre 2 ans actuellement.

>> Lire : Il faut continuer à faire progresser les droits des femmes

Lorsqu’il aura été enregistré par le parlement, principalement conservateur, le texte fera l’objet d’une collecte de signatures. Il en faut cent mille pour qu’il soit examiné.

« En ce qui concerne la vie des non nés, on ne peut pas en rester au compromis actuel exprimé dans la loi du 7 janvier 1993 », déclarent les évêques polonais dans une lettre qui paraitra dimanche dans toutes les paroisses polonaises.

Alors que la Pologne célèbre le 1 050e anniversaire de son baptême « nous en appelons aux gens de bonne volonté, croyants et non-croyants, pour qu’ils agissent afin de protéger pleinement sur le plan juridique la vie des non nés », indiquent les évêques.

Le parti conservateur au pouvoir, Droit et Justice (PiS), déclare ouvertement suivre la doctrine sociale catholique, et reste très proche de l’Église polonaise, mais selon les observateurs son chef, Jaroslaw Kaczynski, préférerait éviter une bataille idéologique, alors qu’il doit déjà gérer un conflit autour du Tribunal constitutionnel.

>> Lire : Bruxelles lance une enquête contre la Pologne sur le respect de l’État de droit

Selon des estimations des organisations féministes, entre 100 000 et 150 000 femmes procéderaient clandestinement à une IVG chaque année, soit dans des cabinets secrets en Pologne, soit dans des cliniques allemandes, slovaques ou autrichiennes. Le nombre des avortements autorisés en Pologne, pays de 38 millions d’habitants, va de 700 à 1 800 par an.

>> Lire aussi : Le tabou de l’avortement handicape les progrès sur la santé maternelle