EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

Les liens entre l’ex-commissaire à la santé et Philip Morris se précisent

Justice & Affaires intérieures

Les liens entre l’ex-commissaire à la santé et Philip Morris se précisent

John Dalli

Alfred Mifsud, vice-gouverneur de la Banque centrale de Malte, a été payé par Philip Morris pour influencer John Dalli, ancien commissaire à la santé, notamment chargé de la législation encadrant le tabac.

En octobre 2012, le commissaire à la Santé John Dalli a été démis de ses fonctions par le président de la Commission de l’époque, José Manuel Barroso, après un scandale impliquant une firme suédoise de l’industrie du tabac. Il a toujours soutenu être innocent.

De nouvelles informations révélées par la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia sur son blog, Running Commentary, indiquent cependant que John Dalli a également été en contact, via un intermédiaire,  avec le géant américain Philip Morris.

Daphne Caruana Galizia est connue pour être la « seule journaliste indépendante de Malte » et est la seule à avoir eu accès aux Panama papers.

Elle révèle aujourd’hui qu’Alfred Mifsud, vice-gouverneur de la Banque centrale de Malte, recevait 2 750 euros par moi de Philip Morris International pour servir d’intermédiaire entre la société et John Dalli. Alfred Mifsud a également accepté d’autres avantages du géant américain, comme des voyages pour assister à des matches de football ou d’autres événements.

>> Lire : Le Parlement veut couper les ponts avec Philip Morris

Sa seule contrepartie aurait été de transmettre des messages et des informations à John Dalli, étant donné que les contacts de celui-ci étaient plus surveillés. La démission forcée du commissaire a sonné le glas de l’accord entre Alfred Mifsud et Philip Morris.

« De longues périodes à Malte »

Pendant ses années de service, John Dalli se rendait dans les bureaux d’Alfred Mifsud, à Malte, « au moins deux fois par semaine en dehors des heures de bureau », assurent des témoins. À cette époque, le commissaire passait de longues périodes à Malte.

Contacté, Alfred Mifsud a admis avoir reçu de l’argent du cigarettier, mais assure qu’il était alors consultant de l’entreprise, sur « les marchés locaux, l’industrie du tabac et les réglementations sur les actions en justice collective, qui était alors examinée par le parlement ».

Il confirme avoir été payé par Philip Morris International pendant « environ 18 mois », jusqu’à la démission de John Dalli en tant que commissaire européen.

Les révélations de Daphne Caruana Galizia ne s’arrêtent cependant pas là. Alfred Mifsud, qui devrait devenir gouverneur de la Banque centrale de Malte le 1er juillet, aurait également reçu de larges sommes en cash d’un homme d’affaires représentant une entreprise américaine de logiciels. Il était à l’époque président de Mid Med Bank, devenue depuis HSBC Bank Malta. Cette même entreprise a plus tard signé un contrat d’installation d’un nouveau logiciel au sein de Mid Med Bank, pour des millions d’euros.

En 2013, l’enquête sur l’affaire Dalli de l’OLAF, l’organe antifraude de l’UE, avait été qualifiée d’« amateur ». Le dirigeant de l’OLAF avait d’ailleurs été privé de son immunité afin que les autorités belges puissent enquêter sur son cas.

>> Lire : Le rapport de l’OLAF sur le Dalligate qualifié de « partial » et d’« amateur »

La présidence tournante du Conseil de l’UE sera entre les mains de Malte à partir du 1er janvier 2017. Ce n’est pas la première fois que le pays se fait remarquer pour des affaires de corruption.

>> Lire aussi : La justice valide la politique anti-tabac de l’UE

Plus d'information