Actualités & débats européens dans votre langue

27/05/2016

Réfugiés : une France barricadée derrière ses frontières

Justice & Affaires intérieures

Réfugiés : une France barricadée derrière ses frontières

Paralysée par les problèmes économiques et tétanisée par la présence du Front national, la classe politique française se montre extrêmement frileuse sur la question de l’accueil des migrants. Un article de notre partenaire la Tribune.

Sur la question des migrants, la position officielle française se situe à des années-lumière de celle d’Angela Merkel… Et Manuel Valls, de façon peu délicate, ne s’est pas gêné pour le dire sur… le sol allemand. C’était, il est vrai, avant l’accord trouvé — mais qui devra se confirmer dans les faits — entre l’Union européenne et la Turquie.

>> Lire : Des ONG quittent la Grèce pour dénoncer l’accord UE-Turquie

En déplacement à Munich le 13 février, le Premier ministre a lancé : « L’Europe ne peut pas accueillir davantage de réfugiés » et il s’est dit absolument « pas favorable » à la mise en place d’un mécanisme de répartition des migrants dans les pays de l’Union européenne, contrairement à ce qu’avait suggéré Angela Merkel.

Valls inquiet pour les fondements de l’Europe

Manuel Valls s’est dit d’accord pour accueillir 30.000 réfugiés en France, mais pas un de plus… Toujours à Munich, le Premier ministre français est allé bien plus loin encore, estimant que la venue massive de migrants « peut finir par détruire les fondements de l’Europe (…). Il faut un contrôle assuré des frontières extérieures de l’Union, sinon ce sera le retour des frontières intérieures »… et donc la fin des accords de libre circulation de Schengen.

>> Lire : Jean-Claude Juncker évoque une union de la sécurité

Une position très dure, donc, du Premier ministre sur le dossier des migrants. Attitude qu’il justifie par la situation de la France qui se caractérise par un taux de chômage élevé et une démographie dynamique, à la différence de celle de l’Allemagne, pays vieillissant et au faible taux de chômage. Mais, surtout, en arrière-fond, il y a aussi le chômage élevé et les scores du Front national qui, aux dernières élections régionales, a dépassé les 40 % dans certaines régions. Pas question donc, dans ce contexte, d’offrir un dossier en or au parti de Marine Le Pen.

D’ailleurs, à l’appui de sa thèse, Manuel Valls pourra arguer que la position « humaniste » d’Angela Merkel s’est soldée par une percée significative du parti de droite xénophobe et eurosceptique Alternative für Deutschland (AfD) dans trois länder allemands, lors des élections régionales du 13 mars.

Aubry et Ayrault montent au créneau

Il n’empêche que cette position martiale du Premier ministre n’a pas été du goût de tout le monde au sein du parti socialiste et du gouvernement. Ainsi, dans le quotidien Le Monde daté du 25 février, Martine Aubry a cosigné avec de nombreux intellectuels — dont Daniel Cohn-Bendit — une tribune au vitriol où elle dénonce « la meurtrissure de l’indécent discours de Munich ».

Jean-Marc Ayrault aussi, nouveau ministre des Affaires étrangères, s’est offusqué des déclarations de Manuel Valls, et a défendu la position d’Angela Merkel : « Je pense que lorsqu’elle se fixe sur ce principe du droit d’asile, elle a à la fois moralement et politiquement raison (…). Je pense avec conviction qu’il faut assumer le fait qu’il y a des réfugiés qui ont droit à l’asile. Nous avons connu d’autres périodes dans notre histoire où il a fallu — et où nous avons su — faire face à des vagues d’ampleur de réfugiés pour des raisons politiques. »

>> Lire : « Les femmes migrantes sont dans une situation de vulnérabilité insurmontable »

Même Emmanuel Macron, le trublion ministre de l’Économie, a fait savoir qu’il « aurait pu signer » ce volet-là de la tribune de Martine Aubry…

À droite aussi, la question des migrants donne lieu à des propos et propositions musclés. De François Fillon qui veut « ramener les migrants chez eux » à Nicolas Sarkozy qui évoque « une fuite d’eau » et parle de « 10 millions de Syriens en marche pour l’Europe ».

Il n’y a guère qu’Alain Juppé pour avoir reconnu que la France avait largement la possibilité d’accueillir 24.000 migrants… Dix ans de crise économique et un Front national aux aguets sont passés par là. La France se barricade derrière ses frontières. Et la question des migrants risque bien de s’inviter au cœur de la campagne pour la présidentielle de 2017…

logo_tribune_petit.jpg