EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

09/12/2016

La liberté de la presse se dégrade dans l’UE

Justice & Affaires intérieures

La liberté de la presse se dégrade dans l’UE

L'escalade des conflits armés a transformé le journalisme en un métier de plus en plus dangereux. Des lois nationales de plus en plus répressives ont également limité la liberté de la presse. [Shutterstock]

[Shutterstock]

Attaques, conflits et lois répressives sur la sécurité exercent de plus en plus de pression sur les journalistes, même en Europe, estime Reporters sans frontières. Un article d’EurActiv Allemagne.

Dans les classements des pays où la liberté de la presse est la plus limitée, la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan se retrouve en queue de peloton. Le pays est passé de la 149ème place en 2015 à la 151ème place sur 180 pays, selon le classement mondial 2016 de la liberté de la presse, publié le 20 avril par Reporters sans frontières.

Dans son analyse, Reporters sans frontières écrit que la Turquie a lancé une « répression massive à l’encontre des médias critiques » dans le cadre de sa prétendue action contre les rebelles kurdes.

Les exemples de muselage, de liquidations judiciaires et d’arrestations de journalistes se sont multipliés. Même le Pakistan et la Russie se positionnent plus haut que la Turquie cette année, à la 147ème et 148ème place respectivement.

Les données de Reporters sans frontières montrent que de plus en plus de journalistes et de médias indépendants subissent des pressions croissantes dans le monde. Dans toutes les régions du monde, les entraves à la recherche, les agressions, les attaques et des peines de prison ont été enregistrées contre des journalistes.

Reporters sans frontières a aussi démontré que cela était dû aux dérives autocratiques dans des pays comme l’Égypte, la Russie, la Turquie, où des lois répressives parfois d’idéologie religieuse et hostiles aux médias ont été mis en place.

Par ailleurs, les conflits armés en Libye au Burundi et au Yémen, par exemple, font aussi du journalisme un métier dangereux.

Pologne et Hongrie

Sans partir aussi loin, les tentatives de la Pologne et de la Hongrie de contrôler les médias ont contribué à la dégradation de l’environnement pour les journalistes.

« De nombreux dirigeants réagissent de manière paranoïaque face à la critique des journalistes indépendants », a expliqué Michael Rediske, porte-parole de Reporters sans frontières. « Quand les présidents et les gouvernements autocratiques fuient la critique, ils promeuvent l’autocensure et étouffent le discours politique. »

Dégradation en Allemagne

Toutefois, les médias sont aussi en difficulté ailleurs que sous les régimes répressifs. Même l’Allemagne a ses problèmes et a chuté de quatre places dans le classement pour atterrir à la 16ème place. Menaces et agressions violentes ont augmenté dans la République fédérale. L’ONG rapporte au moins 39 agressions de journalistes, pour la plupart lors de manifestations de Pegida ou d’autres groupes de droite.

Le reste de l’Europe risque aussi de perdre son rôle pionnier dans la promotion de la liberté de la presse, indique le classement. Les projets de loi contre le terrorisme et l’espionnage, ainsi que la surveillance de masse sur Internet pourraient mettre en danger les libertés civiles et la liberté d’expression.

Reporters sans frontières estime que l’indépendance journaliste fait face à la menace des grandes entreprises qui amassent des empires médiatiques et les dirigent selon les intérêts commerciaux.

Mainmise des grandes entreprises

En France par exemple, la plupart des médias nationaux et privés sont contrôlés par quelques compagnies, dont les intérêts économiques reposent sur différents secteurs. En Bulgarie, les médias sont largement dominés par des personnalités politiques et des oligarques. Des violences à l’égard des journalistes y ont également été enregistrées.

>> Lire : Hongrie et Bulgarie laissés- pour-compte de la liberté de la presse en UE

Plus préoccupant encore, certains pays européens se situent très bas dans le classement : la Croatie est 63ème, la Serbie 59ème et la Hongrie 67ème. La Finlande occupe la plus haute place du podium, et ce, depuis 2014.

RWB's global rankings