EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/08/2016

Réunion d’urgence des ministres européens contre le terrorisme à Paris

Justice & Affaires intérieures

Réunion d’urgence des ministres européens contre le terrorisme à Paris

Conférence de presse du ministre de l'Intérieur le 08 janvier 2015

Les ministres de l’Intérieur européens et américain se réunissent à Paris le dimanche 11 janvier pour une réunion d’urgence contre le terrorisme, dans la foulée de l’attentat contre Charlie Hebdo.

Deux jours après l’attentat contre l’hebdomadaire satirique qui a fait douze morts et plusieurs blessés graves, le débat sur la coordination européenne contre le terrorisme s’accélère.

Lors d’une conférence de presse le jeudi 8 janvier, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a annoncé qu’il avait invité ses homologues européens et américains à Paris ce dimanche pour une réunion d’urgence sur le terrorisme.

Défi commun des pays de l’UE

« J’ai pris l’initiative d’inviter ce dimanche 11 janvier, mes collègues des pays européens les plus concernés par le terrorisme, le commissaire européen Dimitris Avramopoulos, le coordinateur de l’Union Européenne pour la lutte contre le terrorisme, Gilles de Kerchove, ainsi que mes collègues américains, Erik Holder, ministre de la Justice,  et Jeh Johnson, ministre de l’Intérieur » a expliqué le ministre à la presse.

L’objectif de la rencontre est double, selon Bernard Cazeneuve. « Il s’agit à la fois pour eux de manifester à nouveau leur solidarité avec la France et leur rejet du terrorisme, et aussi d’échanger avec nous sur ce défi commun que nous adressent les terroristes et qui ne pourra être résolu qu’en commun, au sein de l’Union Européenne et au-delà » a-t-il souligné.

De son côté, le président du Conseil européen Donald Tusk a également annoncé que le sommet européen prévu le 12 février à Bruxelles sera consacré à la lutte contre le terrorisme. ?« J’ai parlé au président Hollande hier soir, et j’ai l’intention d’utiliser la réunion des chefs d’Etat et de gouvernement le 12 février pour discuter de la réponse que l’UE peut apporter aux défis » de la lutte contre le terrorisme, a-t-il déclaré à l’issue d’une rencontre à Riga avec la Première ministre lettone Laimdota Straujuma.  

>>Lire : En direct: la France en deuil après l’attentat contre Charlie Hebdo

Depuis l’attentat contre l’hebdomadaire satirique, menacé par les djihadistes depuis des années pour avoir publié des caricatures du prophète Mahomet, les responsables politiques européens ont unanimement condamné l’acte de violence et appelé à la mobilisation contre le terrorisme.

Une mobilisation qui vise en premier lieu les combattants islamistes originaires d’Europe partis en zone de conflit et revenant dans leur pays d’origine

Inquiétude grandissante sur les combattants étrangers

Depuis l’attaque contre le Musée juif de Bruxelles en juin 2014 et l’arrestation de  son auteur présumé, Mehdi Nemmouche, un Français qui serait passé par la Syrie, les projecteurs se sont braqués un peu plus sur le problème de ces combattants islamistes européens.

En janvier dernier, la Commission estimait leur nombre à 1 200, principalement partis en Syrie. Mais leur nombre pourrait aujourd’hui osciller entre 3000 et 5000, selon les diverses estimations.

>>Lire : Les jeunes djihadistes européens préoccupent Bruxelles

Après l’attentat contre Charlie Hebdo, les différentes institutions européennes se sont emparées du sujet. Au Parlement européen, les eurodéputés ont décidé d’un débat d’urgence consacré à la lutte contre le terrorisme le lundi 12 janvier, lors de la session plénière mensuelle qui se tient à  Strasbourg.

>>Lire : Débat d’urgence au Parlement européen suite à l’attentat contre Charlie Hebdo

La haute représentante en charge de la diplomatie européenne, l’Italienne Federica Mogherini, a annoncé que la lutte contre le terrorisme serait inscrite au programme de la prochaine réunion des ministres des Affaires étrangères, qui doit se tenir le 19 janvier à Bruxelles.

Enfin, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en déplacement à Riga pour le lancement de la présidence lettone de l’Union européenne a également annoncé sa volonté de proposer un nouveau programme européen de lutte contre le terrorisme.

Parmi les pistes évoquées, Jean-Claude Juncker a notamment insisté sur la nécessité d’évaluer et d’améliorer la coopération entre les États et d’étudier les perfectionnements possibles de Schengen.

Le registre unique des passagers aériens

Le système PNR (Passenger name Record) européen, registre unique qui recense les informations concernant les passagers aériens au départ et à l’arrivée dans l’UE, devrait aussi voir sa mise en place accélérée par les derniers événements.

Bloquée par le Parlement européen soucieux de protéger les libertés individuelles des Européens, la directive doit permettre aux compagnies aériennes de communiquer les informations personnelles d’un passager sur un vol au départ ou à destination d’un des États membres aux services de police.

Un outil qui pourrait s’avérer précieux dans le suivi des mouvements des combattants étrangers. Et dispose maintenant d’un large soutien politique.

« La semaine prochaine à Strasbourg, j’appellerai le Parlement européen à accélérer le travail sur le PNR, qui peut aider à détecter les déplacements des personnes dangereuses. Cela peut être notre initiative commune » a affirmé Donald Tusk. 

Réactions

L’eurodéputé français (UMP) Alain Lamassoure, qui avait proposé la réunion d'un Conseil européen extraordinaire, se réjouit de la décision prise par le Président Tusk de consacrer la réunion du 12 février à la lutte contre le terrorisme. « Les chefs d'État et de gouvernement ne doivent pas se limiter au renforcement de la coopération policière et judiciaire, évidemment nécessaire. Il est grand temps de s'interroger et d'agir ensemble sur les foyers qui alimentent le terrorisme et sur la vulnérabilité de tous nos pays à cette contagion de la haine.

Contexte

Une attaque contre le journal satirique Charlie Hebdo a fait douze morts mercredi 7 janvier, dont les dessinateurs Cabu et Wolinski, déclenchant une vaste traque pour retrouver les suspects.

Un avis de recherche a été lancé auprès des forces de l'ordre contre les suspects, dont deux frères de 32 et 34 ans nés à Paris et de nationalité française. L'un des deux frères, un jihadiste connu des servicesantiterroristes, avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d'envoi de combattants en Irak.

Prochaines étapes

  • 11 janvier : réunion d’urgence des ministres de l’Intérieur européens à Paris  
  • 19 janvier : réunion des ministres de l’Intérieur européens à Paris  Bruxelles 
  • 12 février: Conseil européen consacré à la lutte contre le terrorisme