EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

08/12/2016

Tusk espère une Europe plus forte après le Brexit

Justice & Affaires intérieures

Tusk espère une Europe plus forte après le Brexit

Conférence de presse à l'issue du sommet de Bratislava.

À Bratislava, Jean-Claude Juncker, Donald Tusk et Robert Fico, Premier ministre slovaque, ont adressé des avertissements sévères au Royaume-Uni.

Le 16 septembre, la capitale slovaque a accueilli les dirigeants européens pour un premier sommet informel à 27, sans le Royaume-Uni, afin de discuter de l’avenir de l’union après le Brexit, et en particulier de l’immigration et de la sécurité.

>> Lire : La sécurité au cœur des discussions à Bratislava

Le sommet ne devait pas aborder le Brexit directement, Londres n’ayant pas encore déclenché l’article 50, qui marquera le début officiel des négociations de divorce.

Selon des sources proches des discussions, les dirigeants européens ont en effet principalement parlé de la crise des réfugiés, des perspectives d’une union de la défense et de l’état de l’union en général.

Dans leurs conclusions, appelées déclaration et feuille de route de Bratislava, ils se donnent comme objectifs la fin des arrivées incontrôlées de migrants dans l’UE, le contrôle des frontières externes et une aide à la Bulgarie. Jean-Claude Juncker a assuré que Sofia, en première ligne de la crise migratoire, devrait recevoir les 160 millions d’euros demandés par Boyko Borissov pour sécuriser ses frontières.

Les dirigeants européens ont également décidé que l’application concrète de leurs objectifs de sécurité et de défense serait finalisée lors du sommet prévu pour le mois de décembre. Ils se pencheront également sur la meilleure utilisation d’options comme les traités avec des pays tiers.

>> Lire : L’UE se polarise avant le sommet de Bratislava

La déclaration officielle ne contient aucune mention au Royaume-Uni. Cependant, lors de la conférence de presse finale, les questions des journalistes ont encouragé Jean-Claude Juncker, président de la Commission, Donald Tusk, président du Conseil, et Robert Fico, Premier ministre slovaque et hôte du sommet, à aborder le sujet des relations post-référendum de l’UE avec le pays sécessionniste.

Pour Donald Tusk, les traités sont clairs : l’Union doit protéger ses propres intérêts, pas ceux de Londres. « Cela signifie les intérêts des 27 pays membres, et pas ceux du pays qui quitte l’Union. Cela n’a rien d’une action contre le Royaume-Uni, mais c’est une ligne directrice importante », a-t-il précisé.

Le président du Conseil a expliqué que Theresa May, la Première ministre britannique, lui avait assuré qu’il serait « presque impossible » à Londres d’activer l’article 50 cette année. Cette étape aura « peut-être » lieu en janvier ou février, a-t-il indiqué, ajoutant que l’UE n’avait d’autre choix que d’attendre que Londres prépare ses négociations. Pour sa part, Bruxelles est prête, a-t-il ajouté en passant, et les discussions pourraient très bien commencer « dès demain », pour l’UE.

Le premier objectif européen serait d’instaurer des relations les plus proches possible avec le Royaume-Uni, tout en protégeant les intérêts des 27 États membres.

Robert Fico a également abordé le sujet, assurant que contrairement à Londres, l’UE savait ce qu’elle voulait. « Il est impossible que ces négociations nous nuisent. Je peux citer d’autres objectifs. Premièrement, les négociations doivent mener à un résultat clair : il vaut la peine d’être membre de l’UE, l’union apporte plus d’avantages que de désavantages à ses membres. Nous pouvons atteindre ce but », a-t-il affirmé.

Le Premier ministre slovaque a également assuré que l’UE ne permettrait pas à Londres de jouer les difficiles : « [Londres] ne peut pas choisir allégrement ce qui lui plait et conserver ses avantages. »Toutes les libertés fondamentales doivent continuer de s’exercer, a-t-il poursuivi, rejetant les rumeurs selon lesquelles certaines limites pourraient être introduites quant à la libre circulation des travailleurs et des personnes.

Jean-Claude Juncker a confirmé qu’il ne pouvait y avoir de compromis possible sur la question. Le fait que Michel Barnier, négociateur en chef pour le Brexit pour l’UE, soit également le commissaire au marché intérieur n’a rien d’une coïncidence, a-t-il souligné.

>> Lire : Michel Barnier, le retour du «fléau de la City»

Les 70 000 Slovaques travaillant au Royaume-Uni, aux côtés d’un très grand nombre de Polonais, de Roumains et de Bulgares, contribuent à la richesse du Royaume-Uni, a fait remarquer Robert Fico, qui assure que l’UE ne permettrait pas la création de « citoyens de seconde classe ».

Alors, qu’est-ce qui va changer dans l’Europe à 27 ? Rien, selon Donald Tusk. Il explique que le sommet de Bratislava était informel parce que le Royaume-Uni, non invité, faisait encore partie de l’union, et que les 27 ne peuvent pas prendre de décision concrète sans lui. Après l’activation de l’article 50, les sommets officiels à 27 deviendront toutefois réguliers, a-t-il souligné.

« La seule chose que nous pouvons faire est de respecter leur volonté. J’espère que nous serons dynamiques, et même peut-être plus forts à l’avenir qu’avant le référendum sur le Brexit », a-t-il conclu.

>> Lire : Malgré le Brexit, « l’UE en tant que telle n’est pas en danger »

Plus d'information