EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

06/12/2016

Amnesty dénonce le renvoi de Syriens par la Turquie

L'Europe dans le monde

Amnesty dénonce le renvoi de Syriens par la Turquie

Selon Amnesty, des enfants seraient renvoyés en Syrie sans leurs parents.

crédit : [shutterstock/Jazzmany]

La Turquie a illégalement expulsé des milliers de réfugiés syriens vers la Syrie ces derniers mois, selon Amnesty International.

Ces expulsions illustrent la dangerosité de l’accord conclu entre l’Union européenne et Ankara qui prévoit le retour en Turquie de migrants et de réfugiés parvenus en Europe, estime l’ONG.

Amnesty conteste la légalité de cet accord, estimant que la Turquie ne peut pas être qualifiée de pays sûr et que l’Union ne peut à ce titre y renvoyer des réfugiés.

>> Lire : Les doutes sur la légalité de l’accord UE-Turquie se multiplient

« Prêts à tout pour fermer leurs frontières, les dirigeants européens ont délibérément ignoré le fait le plus évident : la Turquie n’est pas un pays sûr pour les réfugiés syriens et elle le devient de moins en moins de jour en jour », a estimé John Dalhuisen, directeur d’Amnesty International pour l’Europe et l’Asie centrale. Par ailleurs, le renvoi forcé de Syriens dans leur pays est illégal en vertu de la loi turque, européenne et internationale.

Politique de « porte ouverte »

Le ministère turc des Affaires étrangères assure de son côté qu’aucun Syrien n’a été expulsé contre sa volonté vers son pays d’origine. La Turquie observe une politique de « porte ouverte » à l’égard des migrants syriens depuis cinq ans et respecte strictement le principe du « non-refoulement » qui interdit l’expulsion d’un individu vers un pays où il risque d’être persécuté, a assuré le ministère.

>> Lire : Ankara accusée d’expulser illégalement des Afghans

« Aucun des Syriens qui ont demandé la protection de notre pays n’a été renvoyé dans son pays par la force, conformément au droit international et national », a dit à Reuters un responsable du ministère.

Amnesty dit de son côté avoir recueilli dans le sud de la Turquie des témoignages selon lesquels les autorités ont formé des groupes d’une centaine de Syriens, hommes, femmes et enfants, pour les expulser vers la Syrie, presque chaque jour depuis le début du mois de janvier.

Enfants, femmes enceintes, et sans-papiers

Un des cas découverts par Amnesty est celui de trois enfants renvoyés en Syrie de force sans leurs parents. Une femme enceinte de huit mois a également été expulsée.

« L’inhumanité et l’échelle de ces renvois sont vraiment choquantes. La Turquie doit y mettre un terme immédiatement », s’est insurgé John Dalhuisen.

>> Lire : L’accord UE-Turquie toujours dans les limbes à Lesbos, les réfugiés aussi

La plupart des expulsés ne disposaient pas de papiers, mais Amnesty dit avoir été informé d’expulsions de Syriens enregistrés qui n’avaient pas leurs documents sur eux lors de leur interpellation.