EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

L’Occident ne comprend pas Gülen, selon Ankara

L'Europe dans le monde

L’Occident ne comprend pas Gülen, selon Ankara

[Flickr]

Accusée de maccarthysme par les Européens, Ankara laisse entendre que les Occidentaux ne comprennent pas le mouvement de Fetullah Gülen, que la Turquie a qualifié d’organisation terroriste.

L’eurodéputé allemand Elmar Brok a récemment déclaré que sa visite en Turquie du 23 au 25 août lui avait permis de changer de point de vue sur l’instigateur présumé du putsch en Turquie, Fetullah Gülen. L’organisation de ce dernier, appelé auparavant Himzet et à présent désigné par l’acronyme FETÖ par les autorités turques, se serait selon lui développé dans le secret ces dernières décennies, et aurait infiltré les dispositifs de l’État et de sécurité.

Autant le parti au pouvoir que les partis de l’opposition ont condamné la tentative de coup d’État, jugeant qu’il s’agit d’une attaque au système parlementaire du pays.

La Turquie a purgé son armée et ses services civiles des partisans de Fetullah Gülen, nourrissant les accusations de maccarthysme de la part des cercles libéraux européens. De son côté, l’opposant et ses proches, aux Etats-Unis, nient toute implication dans le coup d’Etat.

>> Lire : Les purges s’étendent à 50 000 personnes après le putsch avorté en Turquie

« Étant donné l’importance [de l’infiltration] dans les différents ministères et dans l’armée, je pense que les chiffres sont bien plus importants que ce que nous pensions », a déclaré l’eurodéputé allemand, membre de la CDU, le parti de droite d’Angela Merkel.

Fetullah Gülen et l’actuel président turc, Recep Tayyip Erdoğan, étaient alliés jusqu’en 2011. De nombreux partisans gülenistes avaient donc été recrutés par le parti du centre droit, l’AKP. Le parti savait donc précisément qui arrêter après la tentative de putsch.

Elmar Brok estime que « le mouvement de Fetullah Gülen s’est concentré sur la formation des jeunes, s’inscrivant dans une dynamique de long terme.

Beaucoup de fonctionnaires auraient été remplacés par des gülenistes à l’époque de l’alliance entre Receo Tayyip Erdoğan et Fetullah Gülen, alors que l’AKP ne possédait pas encore d’une équipe suffisamment qualifiée.

En 1999, Fetullah Gülen a émigré aux États-Unis, officiellement pour suivre un traitement médical. Il a reçu la Green Card, lui accordant le droit de résider sur le sol américain, en 2011.

Soutenu par la CIA ?

Selon certaines sources, Fetullah Gülen aurait pu obtenir de l’aide de la part de la CIA. Comme le mentionne ce document d’un tribunal de Pennsylvanie, en lien avec la demande de documents officiels déposée par l’opposant.  M. Gulen n’aurait obtenu sa Green Card qu’après avoir présenté des lettres de recommandation de la part de la CIA.

Deux des lettres ont été écrites par des employés de longue date de la CIA, George Fidas et Graham Fuller, et l’auteur de la troisième est un ancien ambassadeur américain auprès de la Turquie, Morton Abramowitz.

« Pourquoi ces personnes ont-elles recommandé Fetullah Gülen pour qu’il reste aux États-Unis ? », s’interroge une source turque.

Un islam modéré ?

Selon lui, le gouvernement américain aurait également une vision erronée de l’«islam modéré », concept que Washington a inventé après les attaques du 11 septembre. La source anonyme a effectivement estimé que Fetullah Gülen ne pouvait pas être considéré comme un musulman modéré, au vu de son attitude envers les femmes par exemple. En effet, il aurait affirmé qu’il ne pouvait rentrer chez lui avant la tombée de la nuit pour ne pas rencontrer de femmes dans les rues. Il serait également réputé pour refuser la gent féminine dans son cercle privé.

Dans des vidéos publiées sur Internet, certains partisans de Fetullah Gülen affirment que 14 sages doivent succéder au prophète Mahomet à travers les siècles, et que l’homme qu’ils suivent est le quatorzième et dernier imam.

Un Opus Dei ?

Le spécialiste a également mis en évidence que le caractère religieux du mouvement güleniste était particulièrement marqué, en le comparant à l’Opus Dei, une secte catholique controversée.Il a d’ailleurs insisté que la vision des Occidentaux du groupe était particulièrement naïve.

Si quelqu’un arrive dans un pays occidental en critiquant le régime de Recep Tayyip Erdoğan et l’AKP, ça ne fait pas de lui quelqu’un de démocrate et libéral, a-t-il souligné. « C’est pourtant la vision de l’UE : si vous critiquez, vous êtes quelqu’un de bien », ajoute-t-il.

Pour les relations États-Unis-Turquie, le Turc prévoit de « fortes tensions » autour de la question de l’extradition du penseur émigré. Il a cependant précisé que l’idée que les États-Unis soient impliqués dans le coup d’État était tirée par les cheveux.

Deux bases aériennes étaient malgré tout impliquées, n’a-t-il pas manqué de faire remarquer. L’une se trouve proche d’Ankara, l’autre est la base d’Incirlik, proche de la frontière syrienne, une base turco-européenne hébergeant des armes nucléaires américaines.

« Si les États-Unis étaient au courant [du putsch] et n’ont pas prévenu le président, c’est inquiétant. En revanche s’ils n’étaient pas au courant, c’est également inquiétant. Si un coup d’État est organisé au sein de l’une de vos bases militaires, où se trouvent des armes nucléaires, c’est aussi inquiétant », a estimé l’envoyé turc auprès des institutions européennes.

Au sujet de l’extradition de partisans gülenistes dans les pays de l’UE, il a déclaré qu’il serait impossible tant que le système judiciaire turc ne fonctionnait pas.

Les partisans de Fetullah Gülen sont en effet bien installés dans de nombreux pays européens, la Belgique incluse. Depuis le coup d’État, nombreux sont ceux qui ont déclaré être inquiet quant à leur avenir.

La presse belge a récemment rapporté qu’Anne Van Roste, une stagiaire auprès de l’édition belge du journal Zaman, a été contacté par un espion turc présumé pour obtenir la liste des abonnés belges au journal pro-Gülen.

La Bulgarie, membre de l’UE, a déjà extradé un partisan présumé de Fetullah Gülen en Turquie.

>> Lire : L’extradition d’un partisan de Gülen suscite l’indignation en Bulgarie