EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

La Bulgarie change son fusil d’épaule pour la succession de Ban Ki-moon

L'Europe dans le monde

La Bulgarie change son fusil d’épaule pour la succession de Ban Ki-moon

Kristalina Georgieva , Ban Ki-moon, Jean-Claude Juncker seront présents lors du forum économique international de Saint-Pétersbourg le 16 juin.

Le Premier ministre bulgare, Boyko Borissov, a décidé de retirer son soutient à la candidature d’Irina Bokova au profit de Kristalina Georgieva, vice-présidente de la Commission européenne, au poste de secrétaire générale de l’ONU.

Boyko Borissov a annoncé que la candidature officielle bulgare serait modifiée. La directrice de l’UNESCO, Irina Bokova, initialement soutenue par Sofia sera donc remplacée par Kristalina Georgieva, actuellement commissaire européenne dans la course au secrétariat général de l’ONU.

Cette décision ne surprend guère les observateurs. En effet, le Premier ministre avait déjà déclaré que si Irina Bokova ne prenait pas la première ou deuxième place lors du vote informel de lundi, la Bulgarie changerait de candidate. Si la directrice de l’UNESCO était jusque-là la première femme du classement, elle est descendue à la sixième place du classement.

Pour l’heure, les votes informels ont été dominé par le candidat portugais, Antonio Guterres. L’ancien premier ministre a en effet remporté les cinq tours de scrutin indicatifs, le plaçant en bonne position a l’orée de la nouvelle phase de sélection.

A partir du 5 octobre: les membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, France, Royaume-Uni, Chine) pourront éliminer progressivement des candidats en leur apposant leur veto.

>> Lire : Georgieva s’immisce dans la course à la succession de Ban ki-Moon

Le Parti populaire européen (PPE) et l’Open Society Foundation de George Soros font pression depuis un moment sur le chef du gouvernement bulgare pour qu’il favorise la commissaire européenne. Lors d’une session onusienne, le ministre bulgare aux Affaires étrangères, Daniel Mitov, avait ouvertement défendu Kristalina Georgieva. Le président, Rossen Plevneliev, a pour sa part oublié de mentionner le nom de la candidate officielle lors d’un discours dans lequel il se félicitait de la force de la candidature d’une Bulgare à la direction de l’ONU.

>> Lire : Georgieva lorgne le poste de secrétaire général de l’ONU

Avant le dernier vote informel, l’ambassadeur bulgare à New York aurait approché le secrétariat des Nations unies pour demander comment changer de candidat et savoir quand l’audience d’une nouvelle nominée pourrait avoir lieu, selon les sources d’EurActiv.

Le secrétariat de l’ONU a toutefois prévenu Sofia que pour qu’un candidat soit remplacé, celui-ci devait se retirer officiellement de la sélection, ce qui semble très peu probable dans le cas d’Irina Bokova. Celle-ci a en effet annoncé ne voir aucune raison d’abandonner.

« Une seconde candidature bulgare ferait du pays la risée [de la communauté internationale]. Des pressions internes et externes ont induit le Premier ministre en erreur », a indiqué la candidate.

Kristalina Georgieva, qui a récemment assisté à l’assemblée générale de l’ONU à New York, ne nie plus vouloir briguer le plus haut poste de l’organisation mondiale.

>> Lire : Les déplacements de Kristalina Georgieva interrogent