Le Canada règle la question des visas pour sauver le CETA

Boyko Borissov

Le Canada compte libéraliser progressivement les visas pour les Bulgares d’ici mi-2018, alors que la Roumanie réclame une ouverture complète pour ses citoyens dès 2017. Une condition sine qua non à la ratification du CETA. Un article d’EURACTIV Roumanie.

La Bulgarie et la Roumanie ont toutes deux exprimé leur réticence à accepter l’accord commercial entre le Canada et l’UE, le CETA, à moins qu’Ottawa ne libéralise enfin les visas de leurs citoyens.

Le gouvernement canadien s’est donc empressé de résoudre le problème. Ce regain d’activité devrait amadouer Sofia et ouvrir la voie à une ratification de l’accord pourtant controversé d’ici la fin du mois d’octobre.

>> Lire : Les députés renoncent à enterrer le CETA

Le 6 octobre, Justin Trudeau, le Premier ministre canadien, a promis à son homologue bulgare, Boyko Borissov, que les visas seraient initialement levés pour les hommes et femmes d’affaires, les gens qui se sont déjà rendus au Canada et tout citoyen bulgare en possession d’un visa américain à la date du 1er mai 2017.

Sofia a pour sa part indiqué que le gouvernement Trudeau ferait « tout son possible pour exempter tous les autres citoyens bulgares de visa fin 2017 ».

Le service presse du gouvernement a ajouté que même en cas de problèmes techniques, la date limite pour la libéralisation complète des visas ne pourrait se situer après mai 2018.

Exigences de Bucarest

Bucarest aurait pour sa part exigé que l’exemption de visa s’étende à tous ses citoyens d’ici fin 2017, selon des sources roumaines, citées peu de temps après la déclaration bulgare par Mediafax.

Ces mêmes sources auraient assuré que la Roumanie avait reçu une réponse positive à cette requête après des rencontres entre Justin Trudeau et Dacian Cioloş, son homologue roumain. Selon les informations de Mediafax, la Roumanie était bien consciente des intentions du Canada vis-à-vis de la Bulgarie, mais a décidé de mettre la barre plus haute.

Le Canada devrait bientôt publier les résultats de l’évaluation menée cet été sur un calendrier potentiel. À l’heure actuelle, la Roumanie et la Bulgarie sont les deux seuls États de l’UE qui n’ont pas encore obtenu de libéralisation de visas de la part d’Ottawa.

>> Lire : La question des visas menace toujours l’accord UE-Canada