EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Des eurodéputés veulent resserrer les liens avec l’Argentine

L'Europe dans le monde

Des eurodéputés veulent resserrer les liens avec l’Argentine

Une délégation du Parlement européen était cette semaine en Argentine et en Colombie. Un article d’EurActiv Espagne.

Des eurodéputés se rendent cette semaine à Buenos Aires, pour « ouvrir un nouveau chapitre » dans les relations avec l’Argentine. Ils iront ensuite en Colombie pour réitérer leur soutien au processus de paix avec les FARC.

« Il est temps d’ouvrir un nouveau chapitre dans les relations entre l’Argentine et l’UE », a déclaré Elmar Brok, eurodéputé allemand du Parti populaire européen (PPE). « L’Argentine est un partenaire crucial pour l’UE en Amérique du Sud », a-t-il ajouté, tout en soulignant que le monde faisait face à des défis de plus en plus importants et qu’il était donc essentiel que l’UE et l’Argentine « travaillent ensemble de manière étroite ».

Elmar Brok s’est montré satisfait des efforts réalisés par le gouvernement du président Mauricio Macri pour « reprendre la voie de l’ouverture au monde et recommencer à s’impliquer dans les relations avec l’Europe ».

Le président de la Commission Affaires étrangères espère que l’engagement du nouveau président argentin permettra d’« accélérer les négociations » pour un accord d’association entre les pays du Mercosur et l’UE.

>> Lire : Le Mercosur propose à l’UE un accord commercial ambitieux

Outre Mauricio Macri, la délégation d’eurodéputés rencontrera également la vice-présidente, Gabriela Michetti, et d’autres membres du gouvernement argentin ainsi que des représentants du Parlement et de la société civile.

Le 31 mars, la délégation du Parlement européen se rendra à Bogota, où elle rencontrera le président colombien, Juan Manuel Santos, et d’autres membres du gouvernement et de la société civile.

Lors de cette visite, les eurodéputés souhaitent réitérer leur soutien au processus de paix entre le gouvernement de Santos et la Guérilla des forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) dans le pays andin.

Le gouvernement et les FARC sont arrivés à la date butoir du 23 mars qu’ils s’étaient imposée pour signer un accord de paix sans annoncer un quelconque accord, et encore plongés dans une crise profonde liée à des questions cruciales à la fin du conflit, telles que le dépôt des armes et les zones de concentration des guérilleros.