EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

Un eurodéputé propose de mettre des têtes de cochon à la frontière hongroise

L'Europe dans le monde

Un eurodéputé propose de mettre des têtes de cochon à la frontière hongroise

Gyorgy Schopflin

Un eurodéputé hongrois se retrouve dans la tourmente après avoir proposé de placer des têtes de cochons le long de la barrière érigée à la frontière, afin d’empêcher les migrants d’entrer dans le pays.

Sous l’impulsion de son Premier ministre, Viktor Orbán, la Hongrie est devenue le pays d’Europe le plus opposé aux réfugiés et aux migrants, qui arrivent massivement en Europe depuis le début de la crise migratoire.

L’an dernier, la Hongrie a ainsi érigé une barrière surmontée de fil barbelé et stationné des milliers de soldats supplémentaires à sa frontière sud afin d’empêcher les migrants d’entrer sur le territoire. Le 2 octobre, le peuple hongrois décidera, via référendum, s’ils acceptent la politique européenne d’accueil obligatoire des migrants, sans le consentement du parlement.

>> Lire : La Hongrie s’exempte des règles européennes sur l’accueil des réfugiés

Depuis 2004, Gyorgy Schopflin, ancien employé de la BBC et professeur, représente le parti conservateur de Viktor Orbán, Fidesz, au Parlement européen.

Le 19 août, Andrew Stroehlein, directeur des médias européens de l’organisation Human Rights Watch, a partagé sur Twitter un article du Washington Post et des photos montrant des légumes taillés en forme de visages humains et disséminés le long de la frontière hongroise.

>> Lire : La Hongrie qualifie la crise des réfugiés d’« exode massif »

Ces images avaient été publiées sur une page Facebook en faveur des troupes postées à la frontière, accompagnée d’un commentaire : « Des épouvantails en betterave pour effrayer les humains. Apparemment ça marche, personne n’est passé par ici depuis quatre semaines ».

« Les réfugiés fuient la guerre et la torture, Hongrie, vos têtes de betteraves ne les en dissuaderont pas », avait répliqué Andrew Stroehlein.

« Ça pourrait marcher. Les représentations humaines sont haram », a répondu l’eurodéputé Gyorgy Schopflin, faisant référence aux interdits de l’Islam. « Mais je suis d’accord, des têtes de cochons seraient plus efficaces. »

La réponse ne sait pas fait attendre. « Un eurodéputé éructant ce genre de crasses xénophobes… Vous faites honte à la Hongrie, à l’Europe et à l’humanité », a-t-il réagi.

Bien évidemment, la twittosphère s’est enflammée, et les détracteurs de Gyorgy Schopflin s’en sont donné à cœur joie. L’eurodéputé a assuré n’avoir jamais proposé de mettre des têtes de cochons sur la frontière, arguant que son commentaire n’avait été qu’une « expérience » sociale.

Il ne compte absolument pas s’en excuser. « Anthropologiquement parlant, il est intéressant de voir à quel point le sujet est sensible », a-t-il ajouté.

>> Lire : Pour les réfugiés, «la Hongrie n’a rien donné, pas même une couverture»