EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

La présidence tournante de l’UE dénonce le «risque élevé» de nouvelles attaques terroristes

L'Europe dans le monde

La présidence tournante de l’UE dénonce le «risque élevé» de nouvelles attaques terroristes

Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, a déclaré qu’il existe un « risque élevé » de nouvelles attaques terroristes, liées à la crise migratoire en Europe.

« Il est évident que de potentiels terroristes ont pu profiter d’une immigration non contrôlée pour faire passer des armes et des explosifs », a affirmé Robert Fico, qui dirige un gouvernement de centre gauche, devant des journalistes.

>> Lire : La future présidence slovaque de l’UE est source d’inquiétudes

« La possibilité de nouvelles attaques terroristes est très, très élevée », a déclaré le Premier ministre, ajoutant que selon les services secrets slovaques, « il y aurait un lien entre immigration et terrorisme ».

Robert Fico a été réélu en mars, notamment grâce à un discours anti-immigration et anti-Musulman. « Désolé […] l’Islam n’a aucune place en Slovaquie »,  a notamment déclaré le Premier ministre. La Slovaquie n’a accepté d’accueillir que 180 réfugiés chrétiens, dont l’installation dans des familles d’accueil a été retardée suite à l’opposition des communautés locales.

>> Lire : La Slovaquie refuse d’accueillir des musulmans après les événements de Cologne

À la présidence tournante de l’UE, la Slovaquie doit préparer les travaux du Conseil européen sur la gestion de la crise migratoire, alors même que le pays s’est distingué en saisissant la Cour de justice européenne contre les quotas obligatoires de répartition de réfugiés décidés en septembre 2015.

L’UE cherche une solution durable à cette crise, avec de nombreux chantiers en cours comme la réforme du règlement de Dublin sur l’asile, la mise en place d’un corps européen de gardes-frontières ou la feuille de route pour revenir à un fonctionnement normal de l’espace Schengen.

>> Lire : Anti-réfugiés et pro-russe, Robert Fico pose problème au PSE