La visite de parlementaires français en Crimée scandalise l’UE

Les parlementaires français assure s'être rendus en Crimée à titre personnel. Des vacances au bord de la mer Noire entre collègues ? [Alexandr Gorb/Flickr]

Le déplacement d’une délégation d’une dizaine de parlementaires français en Ukraine a provoqué une véritable levée en bouclier en Europe et en France, où le ministre des Affaires étrangères a dénoncé une «  violation du droit international ». 

L’initiative des parlementaires français pour la plupart membres des Républicains (opposition de droite) qui se sont rendus en Crimée la semaine dernière a reçu une volée de bois vert de la part du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

 « Violation du droit international »

Ce dernier s’est dit « choqué » par le déplacement de ces parlementaires prorusses en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie, en « violation du droit international ».

L’indignation soulevée par la visite des élus français a été rapidement relayé par le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics, qui a qualifié cette visite de « honte pour l’Europe » le dimanche 26 juillet, affirmant qu’elle portait « un coup dur à la solidarité européenne ».

>>Lire: La « liste noire » du Kremlin pousse Claude Bartolone à annuler une visite à Moscou

La liste noire russe hypothèque un déplacement parlementaire français à Moscou

« La visite de plusieurs parlementaires français en Crimée occupée est une honte pour l’Europe entière et libre et un coup dur à la solidarité européenne », a écrit le ministre sur son compte Twitter.

Très médiatisée en Russie, la visite de deux jours de cette délégation a également été dénoncée par Kiev comme un « manque de respect » pour l’Ukraine.

La Crimée a été annexée par Moscou en mars 2014 après l’occupation de la péninsule par des troupes russes et un référendum contesté, qualifié d’illégal par Kiev et les Occidentaux.

>> Lire : L’UE peaufine des sanctions contre la Russie après le référendum en Crimée

L’Union européenne a pris des sanctions qui interdisent notamment les activités touristiques en Crimée.

« Equipée ridicule »

La présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée Elisabeth Guigou (PS) a qualifié samedi d’« équipée ridicule » le voyage en Crimée de dix parlementaires français, principalement du groupe Les Républicains.

« Je trouve cette équipée ridicule », a estimé Mme Guigou sur iTELE. « Ils prétendent qu’ils y vont à titre personnel […] Évidemment qu’ils sont reçus là-bas par le régime russe et en Crimée par les autorités de fait en tant que parlementaires français. » « C’est une sorte d’équipée sauvage qui viole le droit international », a-t-elle ajouté.

Vendredi, Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, avait déjà estimé que c’était « une honte que ces dix parlementaires se rendent en Crimée sans avoir le moindre rapport avec les autorités ukrainiennes ». M. Le Roux figure parmi 89 personnalités européennes auxquelles la Russie a décidé d’interdire l’accès à son territoire en riposte aux sanctions européennes.

Cette mesure avait entraîné l’annulation d’une visite de députés français prévue le 18 juin à Moscou par le président de l’Assemblée, Claude Bartolone.

De son côté, le groupe Les républicains à l’Assemblée nationale « ne soutient pas » cette initiative, « mais juge très important de garder des relations équilibrées avec la Russie ».

>>Lire: Kiev dénonce la visite d’un eurodéputé tchèque en Crimée

La petite dizaine de parlementaires participant à ce voyage très médiatisé en Russie s’est entretenue jeudi avec le président de la Douma (chambre basse), Sergueï Narychkine. Parmi eux, Jacques Myard, Claude Goasguen ou encore Thierry Mariani, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, qui a défendu jeudi l’annexion de la Crimée.

En juin, un autre élu européen s’était rendu en Crimée.

>> Lire aussi : La situation humanitaire en Ukraine devient «intenable pour des millions de personnes»