EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Mogherini dénonce le comportement «dangereux» de la Corée du Nord

L'Europe dans le monde

Mogherini dénonce le comportement «dangereux» de la Corée du Nord

Le drapeau nord-coréen flotte dans la capitale de Pyongyang.

[fljckr/Flickr]

L’UE a fermement condamné la « grave violation » de résolutions de l’ONU par la Corée du Nord, qui assure avoir procédé à un nouvel essai nucléaire, avec une bombe à hydrogène.

Lors d’une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU le 6 janvier, les 15 pays membres – y compris la Chine, seul allié de Pyongyang – ont annoncé qu’ils allaient travailler sur des « mesures supplémentaires significatives » afin de les inclure dans une nouvelle résolution de l’ONU, dont la négociation devrait prendre plusieurs jours.

La déclaration ne précise pas les mesures envisagées mais, selon des diplomates de l’ONU, il s’agit de renforcer l’arsenal des sanctions, par exemple en allongeant la liste des individus et entreprises sanctionnés pour leurs liens avec le programme nucléaire nord-coréen.

La Haute Représentante de l’UE n’avait pas attendu pour condamner fermement le « comportement dangereux et illégal » de la Corée du Nord.

Au matin du 6 janvier, Pyongyang avait en effet annoncé avoir procédé à un essai réussi avec une bombe H (bombe à hydrogène, aussi appelée thermonucléaire) miniature, ce qui le place au « rang des États nucléaires avancés ».  Le pays avait déjà réalisé trois autres essais nucléaires en 2006, 2009 et 2013. Le programme nucléaire de l’État isolé lui a déjà valu des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Si confirmé, cet acte représente une grave violation des obligations internationales de la RPDC [République populaire et démocratique de Corée], telles que définies par plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, et une menace à la paix et à la sécurité de toute la région d’Asie du Nord-Est », a rappelé Federica Mogherini.

La Haute Représentante a prévu de s’entretenir à ce sujet avec les ministres des Affaires étrangères du Japon et de la Corée du Sud.

Elle a également appelé la Corée du Nord à reprendre les pourparlers à six, des négociations qui rassemblent la Corée du Nord, la Corée du Sud, la Chine, la Russie, les États-Unis et le Japon. Ces discussions se centrent sur le programme nucléaire de Pyongyang et l’avenir de la péninsule coréenne.

L’UE a noué des relations diplomatiques avec Pyongyang en 2001, mais ces liens restent très limités. Après les premiers essais nucléaires, les vingt-huit ont imposé une série d’interdictions au commerce et gelé les actifs de quelque 60 personnalités et entité de Corée du Nord.

Ce sont les États-Unis et le Japon qui ont demandé la convocation d’une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Les États-Unis et le Japon ont demandé l’organisation de consultations d’urgence du Conseil de sécurité pour discuter des supposés essais nucléaires du la Corée du Nord », a déclaré Hagar Chemali, porte-parole de la mission américaine. Des essais concluants sur une bombe H indiqueraient des progrès considérables pour Pyongyang, ce qui ne manque pas d’inquiéter le Japon et la Corée du Sud.

« Si nous ne pouvons pas encore confirmer qu’un essai nucléaire a effectivement eu lieu, nous condamnons toute violation des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU et appelons à nouveau la Corée du Nord à respecter ses obligations et ses engagements internationaux. »

Diverses capitales européennes ont fait écho aux condamnations de l’UE. Le président français, François Hollande, a ainsi décrié une « violation inacceptable des résolutions du Conseil de sécurité » de l’ONU, et « appelle une réaction forte de la communauté internationale ».

« Si un dispositif nucléaire a été actionné par la Corée du Nord, cela constitue une infraction grave aux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et une provocation que je condamne sans réserve », a pour sa part déclaré Philip Hammond, ministre des Affaires étrangères britannique, qui se trouve actuellement en visite officielle en Chine. « Cela souligne la menace très réelle que la Corée du Nord représente pour la sécurité internationale et régionale. »

Le Royaume-Uni et la France sont les seuls membres de l’UE qui siègent au Conseil de sécurité de l’ONU.