EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

La Serbie a arrêté plus de 3 000 migrants en un mois

L'Europe dans le monde

La Serbie a arrêté plus de 3 000 migrants en un mois

Jeune réfugié au camp de Presevo.

Un porte-parole du gouvernement serbe a annoncé que le pays avait arrêté 3 000 migrants entrés illégalement sur le territoire le mois dernier. La route des Balkans ne s’avère pas si fermée.

La Serbie a annoncé jeudi avoir arrêté plus de 3 000 migrants tentant d’entrer illégalement dans le pays au cours du mois écoulé, signe que des réfugiés cherchent encore à rejoindre l’Union européenne par la route des Balkans malgré la fermeture des frontières dans la région.

L’année dernière, les pays des Balkans ont fait face à l’arrivée de centaines de milliers de migrants à leurs frontières avant de fermer celles-ci en février.

De nombreux réfugiés paient toujours des passeurs pour atteindre les pays riches de l’UE. Le 16 juillet, la Serbie a formé des patrouilles conjointes de la police et de l’armée pour les intercepter.

« Depuis le 22 juillet, la force conjointe de l’armée serbe et du ministère de l’Intérieur a repéré 3 112 personnes tentant de traverser illégalement la frontière », a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère de la Défense, Jovan Krivokapic.

Deux personnes ont également été arrêtées alors qu’elles tentaient de faire passer la frontière à une trentaine de migrants.

>> Lire : En dépit des apparences, la crise migratoire s’accroît en Europe

Après avoir réussi à entrer en Serbie, la plupart des migrants se trouvent bloqués dans le pays puisque la Hongrie voisine a limité en juin le nombre d’arrivées sur son territoire à 30 par jour, créant un véritable goulot d’étranglement.

D’après le commissariat serbe pour les réfugiés, environ 4 000 migrants vivent en ce moment dans le pays, dont les trois quarts dans des centres d’accueil gérés par le gouvernement. Les autres se réfugient dans des parcs de la capitale Belgrade ou dans des camps aux postes-frontières d’Horgos et Kelebija, en attendant de pouvoir entrer dans l’UE.

>> Lire : Les migrants reprennent le chemin de la Grèce après la tentative de putsch turque

Depuis le début de l’année, 100 000 migrants sont entrés en Serbie et plus de 650 000 l’année dernière.

Plus d’un million de personnes fuyant la guerre et la pauvreté en Afrique et dans le Moyen Orient sont arrivés en Europe l’an dernier. La grande majorité d’entre elles ont demandé l’asile en arrivant sur le sol européen, en Grèce.

Un accord signé au mois de mars entre l’UE et la Turquie a permis de réduire le flux d’arrivées par la mer dans les îles grecques, mais les migrants continuent d’arriver, notamment en prenant la mer en Libye pour rejoindre les côtes italiennes.

>> Lire : L’accord UE-Turquie, victime collatérale du coup d’État raté?

Plus de 200 000 migrants et réfugiés sont donc coincés dans des centres en Grèce et en Italie, incapables d’aller plus loin depuis que les frontières se sont fermées, au début de cette année.

>> Lire : Le camp d’Idomeni, une catastrophe européenne

Contexte