EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Situation «ingérable» dans les hotspots grecs

L'Europe dans le monde

Situation «ingérable» dans les hotspots grecs

La crise des immigrés est hors de contrôle dans les îles grecques, constate une gouverneure grecque après des émeutes violentes le 19 septembre.

Des affrontements ont été signalés le 20 septembre dans un hotspot à Lesbos qui héberge des migrants de 88 nationalités différentes. Selon les rapports à Athènes, une bagarre a éclaté entre les demandeurs d’asile suite à la destruction dans un incendie d’un centre de détention.

>> Lire : Les migrants reprennent le chemin de la Grèce après la tentative de putsch turque

Les dernières données fournies par le département de police du nord de la mer Égée, 5 302 demandeurs d’asile se trouvent sur Lesbos, 3 726 sur Chios et 1 156 sur Samos. 10 184 réfugiés et migrants seraient répartis entre les îles du nord de la mer Égée.

« Des personnes de différentes nationalités qui ne savent pas quoi faire depuis des mois et sont coincées sur l’île se sont affrontées et ont brûlé leurs tentes respectives, qui abritaient toutes leurs affaires », a relaté l’agence de presse d’Athènes.

Les émeutes, qui avaient commencé le 19 septembre à l’aube, seraient liées à une rumeur selon laquelle des retours en masse vers la Turquie étaient imminents.

Hors de contrôle

« La situation pourrait devenir incontrôlable », a prédit Christiana Kalogirou, gouverneure régionale du Nord de l’Égée.

Elle a souligné que, malgré leur bonne volonté, les habitants de l’île étaient las de ce problème de migration. Elle a d’ailleurs signalé que la Grèce et la région du Nord de l’Égée « ne [pouvaient] pas supporter une charge aussi importante ».

>> Lire : «Sans les Grecs, la crise des réfugiés serait hors de contrôle»

La dirigeante de la région a poursuivi en reprochant à l’Europe de ne pas avoir fait son devoir dans cette affaire et a rappelé que la charge économique était énorme pour ces îles.

« Nous devons agir immédiatement, il n’y a pas de temps à perdre… La région a seulement la capacité d’accueillir 5 400 personnes et les immigrants sont plus de 10 600 », a-t-elle ajouté.