Ouest-France : être pro-Européen et quotidien leader en France, c’est possible

François-Xavier Lefranc [Agence AKTUA PROD/YouTube]

Ouest-France est le premier journal français en diffusion, et sixième en Europe, grâce à 53 éditions locales. Sa ligne européenne n’a pas changé et 2017 verra un renforcement du contenu Europe et des partenariats.

Son rédacteur-en-chef Francois-Xavier Lefranc a parlé avec le fondateur d’EURACTIV Christophe Leclercq, dans le cadre de la série éditoriale Media4EU

Vous êtes rédacteur en chef de Ouest-France, un média connu pour son orientation pro-européenne. Pourquoi ?

Ouest-France a été créé par des résistants à l’occupation allemande le 7 août 1944,  sur les restes de  L’Ouest-Éclair, un quotidien qui existait depuis 1899. Il s’agissait de gens – comme Paul Loutan, le créateur du journal, Pierre-Henri Teitgen, Jean Marin et d’autres – qui étaient déjà porteurs de cette idée forte que la paix passait par la construction européenne. Voilà pourquoi Ouest-France s’est développé en mettant toujours en avant l’actualité internationale.

Aujourd’hui on considère qu’on ne peut pas comprendre la vie locale, la vie de la région, la vie de l’ouest, sans connaitre la réalité du monde. Ouest-France veut donc embrasser ce sens qui va de la commune au monde, en passant évidemment par l’Europe, qui est un échelon absolument essentiel. Pendant son développement le journal a accompagné la construction européenne, il s’est fortement engagé à travers ses éditoriaux, et il continue à le faire aujourd’hui à un moment où l’Europe est dans une position difficile.

Au moment du référendum sur la constitution en France, l’essentiel de la presse était donc pro-européen. Beaucoup de choses ont changé depuis ce moment, et vous êtes devenu l’une des rares publications clairement en faveur de l’Europe. Comment vivez- vous cela ?

Je trouve le fait d’être les seuls médias qui se passionne pour la question européenne plutôt triste. Il faut savoir qu’au moment du projet de constitution européenne, par exemple, Ouest-France avait lancé un grand concours en direction des jeunes en leur demandant de trouver une devise pour l’Europe. À partir de cette idée, on s’est associé avec beaucoup de journaux européens et cette devise est finalement devenue « unis dans la diversité » en latin. C’est la même qui figurait dans le projet de constitution européenne. Donc Ouest France n’a pas seulement accompagné l’évolution de l’UE, on a vraiment été acteur.

Je pense que maintenant c’est le moment de réaffirmer plus que jamais notre engagement parce que l’Europe est en péril. On est témoins de la montée des nationalismes et de comment la crise des migrants met à l’épreuve les valeurs qui ont permis à l’Europe de naître et grandir. On est donc vraiment à un tournant. Nous croyons évidemment que c’est l’Europe qui nous garantira la paix demain et la possibilité de nous en sortir avec tous les problèmes futurs.

En termes quantitatifs, vous publiez entre 100 et 125 articles par semaine qui traitent de l’Europe. Est-ce une demande de vos lecteurs ?

Le « Grand Ouest », c’est une région très européenne, elle l’a souvent montré avec ses votes. C’est une région tournée vers le monde avec un lien très fort envers d’autres régions d’Europe, par exemple à travers ses nombreux jumelages. Donc oui, nos lecteurs attendent du contenu européen. J’ajouterai même que si notre lectorat est encore aussi robuste aujourd’hui, c’est précisément parce que les gens savent qu’à côté de l’actualité locale, dont nous sommes des spécialistes, nous apportons aussi ce regard sur le monde et notamment sur l’Europe.

Ce type de contenu dépend de la production éditoriale de vos équipes. Il y a d’autres formules : les agences, un réseau de correspondants et, dans certains cas, des possibilités de partager des correspondants et peut-être d’échanger des contenus avec d’autres médias. Comment vous voyez l’évolution de ces pratiques ?

Nous utilisons d’abord tout ce qui est produit par la rédaction centrale et les rédactions locales, qui parlent souvent de l’Europe. Par exemple, quand on évoque la crise agricole dans une petite commune du Finistère, on est amené à parler de la situation dans d’autres régions d’Europe.

On a aussi un service international appelé « Europe Monde » dont la dénomination même montre cette volonté d’être très solide sur les thèmes européens. Ce service produit beaucoup d’articles, et comprend six journalistes, dont un membre de la rédaction en chef à Paris. En plus, on a une cinquantaine de correspondants dans le monde et beaucoup d’entre eux sont en Europe. D’ailleurs, on est en train de densifier notre réseau de correspondants permanents, en Pologne, par exemple.

On souhaite aussi développer effectivement des échanges avec d’autres grands médias européens. Il y a déjà de nombreux médias avec qui nous sommes déjà en relations étroites pour des raisons historiques, comme la Gazeta Współczesna, par exemple, en Pologne.

Quand on a réaménagé notre newsroom, qui, au passage, est la plus grande de France, on est allé rendre visite à beaucoup de journaux en Europe, en Grande-Bretagne, au Danemark, en Belgique, au Luxembourg, en Espagne, aux États-Unis, etc. On a rencontré beaucoup de gens, on a croisé nos regards et échangé nos expériences.

En pratique, il n’y a pas encore beaucoup d’échanges éditoriaux entre les médias..

Nous sommes en train de passer un accord avec Euronews, et avec EURACTIV, mais l’idée c’est aussi d’être capable un jour de produire des contenus en association avec d’autres grands médias européens. Ce type de coopération existe déjà, je lisais hier une interview de Bill Gates conduite par plusieurs médias, dont Le Figaro en France. Nous souhaiterions mettre en place des collaborations comme, par exemple la LENA, Leading European Newspaper Alliance.

Nous sommes une entreprise média avec des lecteurs réguliers dans 168 pays, grâce aussi au numérique.  Tous ces gens attendent de notre part des contenus « Monde Europe » et qu’on soit capable de s’associer avec d’autres grands médias et donner aux informations qu’on produit une audience toujours plus grande. Je crois que ça serait une belle façon de mieux parler de l’Europe dans le futur.

Il existe des réseaux, vous en avez cité un, la LENA. Il y en a un autre, Europa, avec Le Monde, El Paìs, The Guardian, etc. Sans citer des noms, vous envisagez à moyen ou long terme construire un autre réseau dont vous seriez le principal acteur français ?

Oui, on souhaiterait faire ça.

Et les autres seraient plutôt dans la presse régionale, qui est votre force historique, ou nationale ?

Nous ne considérons pas Ouest-France comme un journal régional, il est né dans une région et il raconte au quotidien l’avis de toutes les communes locales, mais il est aussi le premier journal francophone au monde ! Le numérique nous a aidés à ouvrir toutes ces frontières, et représente un champ d’opportunités d’audience très intéressant, à condition qu’on arrive avec des projets de contenu très costauds.

À propos justement de projets de contenu : le groupe Ouest-France a développé un incubateur composé par un certain nombre de start-ups et de nouveaux projets. Est-ce que cela peut aboutir à des projets éditoriaux directement pertinents pour les médias ?

Oui, notre incubateur s’appelle « Off-Set ». Il a été mis en place il y a quelques mois et on a déjà sélectionné des start-ups qui sont dans des métiers liés aux nouvelles activités numériques. On va les suivre, les accompagner, on va apprendre à mieux se connaître, et on aura sans doute l’occasion de monter des projets innovants avec des gens créatifs.

Ces partenariats seront aussi capitalistiques ?

Oui, peut-être.

Donc vous avez aussi un projet plus intégré, c’est-à-dire des pages dédiées exclusivement à du contenu européen. Est-ce que ça correspond à une demande votre public général ou, au contraire, ça sera pour un public spécialisé ? Comment voyez- vous le positionnement de ce produit ?

On considère que le but de notre projet n’est pas de parler d’Europe aux spécialistes. Évidemment on essaye de les toucher aussi, mais il y a d’autres médias qui peuvent le faire. Notre volonté c’est plutôt de parler de l’Europe au plus grand nombre, en étant capable d’arriver avec une information claire, précise et accessible, pour populariser l’Europe au sens large.

Ouest-France n’est pas un journal pour les élites. Bien sûr, on souhaite que les élites nous lisent et qu’elles s’expriment dans nos colonnes, mais notre volonté c’est de nous adresser à un public très large. C’est un journal populaire au sens le plus noble du terme. Au passage je signale qu’on a choisi d’offrir le journal à un coût vraiment faible, parce que c’est aussi une façon de ne pas devenir un objet de luxe.

Au-delà des abonnements et de la publicité, quel modèle de revenu serait appliqué pour ce genre de projets éditoriaux ? Vu la dimension des interventions du service public autour de l’Europe, pourriez-vous envisager des financements publics ? Vous parliez tout à l’heure de Bill Gates et donc indirectement de sa fondation. Ce type de partenariat pourrait-il à long terme être compatible avec votre indépendance éditoriale ?

Ouest-France dépend d’une « association loi de 1901 » [NDLR : une association à but non lucratif qui relève de la loi du 1er juillet 1901] qui s’appelle l’Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste. Ce montage permet l’indépendance de Ouest- France : on ne peut pas nous racheter. Le modèle le plus vertueux est donc d’être attrayant pour des gens prêts à s’abonner pour nous lire.

Ce modèle a ses limites, le potentiel n’est pas extensif. Nos recettes sont générées par la diffusion du journal en format papier ou en ligne, et par la monétisation de l’information numérique. Sur ce terrain on est en train d’expérimenter, notamment autour de l’information locale, qui est un trésor qu’on est les seuls à avoir. Donc la monétisation de l’information numérique c’est un levier sur lequel on compte. Après d’autres formes de partenariats sont toujours possibles, mais l’indépendance éditoriale est vraiment essentielle.

Vous avez interviewé le Vice-Président de la Commission européenne, M. Frans Timmermans. Pourriez-vous réfléchir à ce que l’Union européenne pourrait faire pour le secteur des médias ? Elle est intervenue  dans plusieurs secteurs économiques, comme l’acier, le charbon, l’automobile, etc. Concernant les médias, les institutions leur demandent de prêcher la bonne parole, mais sans le traiter comme un secteur économique. Dans trois ans il y aura des élections européennes qui se dérouleront à un moment clé, car il n’est pas certain qu’une majorité pro-européenne sera élue. Quelle serait votre recommandation ?

La démocratie a besoin de médias qui ont les moyens de faire leur travail. Peut-être que la Commission européenne pourra engager des projets pour aider des journaux en difficulté, mais je pense que la vraie réponse c’est que les médias eux-mêmes s’engagent et investissent dans le traitement de l’information européenne. Cependant, avoir des correspondants, faire du reportage, faire du journalisme de qualité, ça coûte de l’argent. Heureusement il y a encore des grands médias qui font un travail formidable, mais la façon dont l’Europe est décrite est souvent assez calamiteuse, car la conviction générale est que parler de l’Europe, ça ne fait pas vendre.

Par contre, Ouest-France est satisfait de ses chiffres relatifs au contenu européen ?

Nous pensons que produire des contenus de qualité qui rendent service aux gens, c’est un vrai levier de développement. Mais d’une façon générale, dans beaucoup de médias on pense que parler de l’Europe c’est perdre son temps. Est-ce qu’il y aura des programmes de nature à aider les médias ? Peut-être, tant mieux. Mais c’est d’abord aux médias eux-mêmes de considérer que l’information européenne est attendue par leur public et que c’est seulement en faisant une information européenne de qualité qu’ils se développeront.