EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

5 000 migrants secourus en Méditerranée grâce à la collaboration internationale

Langues & Culture

5 000 migrants secourus en Méditerranée grâce à la collaboration internationale

La collaboration internationale a permis de sauver plus de 5 000 migrants en Méditerranée depuis le 29 mai. Mais pour Paris et Berlin, de gros efforts sont nécessaires pour répartir plus équitablement les migrants.

« Plus de 5 000 [migrants] ont été secourus en Méditerranée centrale depuis vendredi 29 mai », a indiqué Frontex dans un communiqué. Et les sauveteurs ont découvert 17 corps, a ajouté l’agence, confirmant le chiffre donné auparavant par les garde-côtes italiens.

L’opération qui a commencé vendredi concernait les migrants qui sont partis de Libye sur 25 bateaux, selon l’agence qui indique que cinq autres opérations de sauvetage concernant 500 migrants sont en cours.

>> Lire : La Commission force les États membres à agir face à la crise de l’immigration

Des bateaux britanniques, maltais, belges et italiens, ainsi que des avions islandais et finlandais ont été déployés dans le cadre de cette opération.

Depuis le début de l’année, plus de 45 000 immigrés clandestins ont débarqué en Italie, mais selon l’Organisation internationale pour les migrations, environ 1 770 hommes, femmes et enfants sont morts ou disparus en tentant la traversée.

Samedi, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi s’est une nouvelle fois engagé à renflouer le chalutier dans le naufrage duquel quelque 800 migrants sont morts en avril – le pire drame des dernières décennies en Méditerranée – afin de donner une sépulture aux victimes et d’empêcher l’Europe d’ « enfouir sa conscience à 387 mètres de profondeur ».

Ces arrivées, même massives, restent du niveau de l’année dernière en Italie, où les autorités avaient enregistré 41 243 arrivées entre le 1er janvier et le 31 mai 2014.

En Grèce par contre, le nombre de migrants en provenance souvent des côtes occidentales turques à bord d’embarcations de fortune, a fortement augmenté depuis le début de l’année.

Après avoir été multipliées par trois au premier trimestre par rapport à la même période de l’année dernière, les arrivées en Grèce pour le seul mois d’avril ont enregistré une hausse de 870 % par rapport à avril 2014, selon les données de la section grecque du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

Quelque 13 500 migrants sont entrés en Grèce, dont 58 % de Syriens et 21 % d’Afghans.

>> Voir l’infographie : Les demandeurs d’asile en Europe, en chiffres

Mercredi, la Commission européenne a demandé aux Etats membres de l’UE de prendre en charge 40 000 demandeurs d’asile originaires de Syrie et d’Erythrée arrivés en Italie et Grèce, en signe de solidarité avec Rome et Athènes, mais la démarche suscite de très sérieuses réserves, en particulier en France.

>> Lire : La Commission veut répartir 40 000 migrants vers le Nord de l’UE

Relocalisation : une position commune franco-allemande

Le ministre fédéral allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière et le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, ont communiqué le 1er juin une position commune sur la proposition de la Commission pour un mécanisme de relocalisation des immigrés dans l’UE.

Les deux ministres confirme la nécessité d’une réponse européenne globale, équilibrée et adaptée aux circonstances et estiment qu’il faut « rendre plus fortes encore la responsabilité et la solidarité au sein de l’UE pour faire face à la crise que nous connaissons sur le plan des migrations illégales ».

Si les deux États sont favorable à un mécanisme de relocalisation plus équitable, ils soulignent néanmoins que cette solution doit être temporaire et exceptionnelle. Les ministres indiquent également que la proposition actuelle de la Commission n’est pas encore suffisamment juste à leurs yeux et proposent une marche à suivre.

Ils pressent également la Commission de mettre en place un système de suivi de la situation après la libéralisation des visas avec les Balkans occidentaux, libéralisation qu’ils souhaitent pouvoir suspendre en cas de trop fortes pression sur les systèmes d’asile européens.

Les garde-côtes italiens attendaient les immigrés vendredi

Les garde-côtes, qui coordonnent les secours entre la Libye et l’Italie, ont reçu un seul appel au secours samedi matin. Vendredi, ils ont dû gérer le sauvetage des passagers de 22 embarcations différentes.
>> Lire : Triton prend le relais de Mare Nostrum, au grand soulagement de l’Italie

Certains des migrants secourus ont débarqué dès vendredi soir à bord de vedettes des garde-côtes sur l’île italienne de Lampedusa, mais la plupart étaient attendus dans la journée en Sicile, en Sardaigne et dans le sud de l’Italie.
Les garde-côtes, qui coordonnent les secours entre la Libye et l’Italie, ont été appelés à l’aide par les passagers de quatre canots pneumatiques, chargés chacun d’une centaine de personnes.

Vendredi, ils avaient dû coordonner le sauvetage des passagers de 22 embarcations. Certains des migrants secourus ont débarqué dès vendredi soir à bord de vedettes des garde-côtes sur l’île italienne de Lampedusa. La plupart sont pourtant arrivés samedi dans la journée.

>> Lire : L’UE prête pour une opération navale contre le trafic de migrants en Méditerranée

En Sicile, un navire irlandais engagé dans le dispositif européen Triton a conduit 410 migrants, dont de nombreuses familles, à Palerme tandis que le Spica, un patrouilleur de la marine italienne, a déposé un millier de migrants à Pozzalo.

La procédure est bien rodée: descendant un par un, les migrants reçoivent de l’eau et des chaussures, sont soumis à une inspection sanitaire rapide, avant d’être répartis dans les centres d’accueil à travers le pays.

En Sardaigne, une frégate allemande engagée dans l’opération européenne Frontex est arrivée à la mi-journée à Cagliari avec 880 migrants, parmi lesquels 150 femmes et une trentaine d’enfants. Le président de la région Sardaigne, Francesco Pigliaru, s’est rendu au port pour accueillir les migrants. « Alors que certains spéculent sur la peur face à l’arrivée de 800 migrants ayant fui la faim et la guerre, je sais que la Sardaigne est une terre généreuse », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Secouristes belges applaudis

Dans les Pouilles, le navire britannique MHS Bulwark a déposé 741 migrants secourus ces derniers jours à Tarante. Et à Crotone, les 203 migrants à bord du navire militaire belge Godetia ont applaudi leurs sauveteurs à l’arrivée.

Le retour de la Fenice, prévu tôt dimanche matin dans le port d’Augusta, devrait être plus sobre : outre 454 migrants secourus, cette corvette de la marine italienne transporte les cadavres des 17 migrants retrouvés morts vendredi sur un canot.

Aucun élément n’a été donné sur les causes de ces décès, mais les garde-côtes insistent régulièrement sur les conditions « extrêmes » endurées par les migrants : déshydratation, alternance de chaleur et de froid, violences subies avant le départ ou pendant la traversée, ou encore asphyxie dans la soute lorsqu’il s’agit de bateaux de pêche.
>> Voir la vidéo : Ban Ki-moon : les États doivent faire preuve de compassion pour les migrants

Réaction de l’Église

« Laisser mourir nos frères sur les embarcations dans le canal de Sicile est une atteinte à la vie », a dénoncé le pape François en recevant samedi matin les participants à un colloque de sciences et vie, citant également l’avortement, l’euthanasie, les accidents du travail, la malnutrition, le terrorisme, la guerre et la violence.

Parallèlement, le cardinal Antonio Maria Veglio, président du conseil pontifical chargé des migrants, a dénoncé sur Radio Vatican le système de quotas de réfugiés proposé par la Commission européenne.
« Je trouve cette décision peu humaine et peu chrétienne. L’immigration est un problème qu’il faut affronter au-delà de l’urgence. Il faut avoir un programme. C’est une réalité qui existe et qui ne fera qu’augmenter », a-t-il déclaré.

Plus d'information