L’apprentissage de l’allemand reprend du poil de la bête en France

La porte de Brandebourg durant la célébration du 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin [twitter.com/RegSprecher]

Serait-un ce un effet immédiat du Brexit, voté le 23 juin dernier ? L’Allemand progresse de nouveau chez les collégiens français, après un long déclin.

« Le nombre de collégiens apprenant l’allemand à la rentrée 2016 a progressé de 6% par rapport à 2015, avec 516.869 collégiens germanistes (LV1 et LV2 confondues), a indiqué lundi le ministère de l’Education, se félicitant d’avoir dépassé l’objectif prévu.

«Au total, 15,6% des collégiens apprennent l’allemand à la rentrée 2016, contre 14,5% à la rentrée 2012», indique le ministère dans un communiqué. L’engagement d’atteindre les 515.000 apprenants a été «tenu», ajoute-t-il. La proportion de collégiens apprenant l’anglais reste toutefois écrasante par rapport à l’allemand.

La réforme du collège, entrée en vigueur en septembre, a avancé d’un an l’enseignement de la deuxième langue vivante, en cinquième, ce qui a conduit à une «augmentation de la part d’élèves étudiant l’allemand : ils étaient 17,5% des élèves de 4e à apprendre l’allemand en 2015. Ils sont 18,9% des élèves de 5e à le faire en 2016», compare le ministère.

Eviter les contournements

Cette réforme avait suscité l’ire des professeurs d’allemand car elle a supprimé une grande partie des classes bilangues (deux langues étrangères dès la sixième), celles qualifiées par la ministre Najat Vallaud-Belkacem de «contournement», c’est-à-dire celles qui sont accessibles dans certains collèges et demandées par les familles pour, selon elle, contourner la carte scolaire.

Ont été conservées les bilangues de «continuité», qui permettent de poursuivre au collège l’apprentissage d’une langue étrangère, autre que l’anglais, apprise en primaire.

Début octobre, l’Association pour le développement de l’enseignement de l’allemand en France estimait que «l’entrée en vigueur de la réforme fait structurellement régresser l’allemand au collège. Elle fragilise les échanges scolaires et l’amitié franco-allemande.»

Selon les résultats de l’enquête menée par cette association auprès des enseignants d’allemand de 370 collèges, le nombre d’élèves apprenant cette langue en 6e, 5e et 4e était en diminution de 8 % par rapport aux effectifs de la rentrée 2015. Des estimations «erronées», selon le ministère.

Le ministère souligne que l’apprentissage de l’allemand est proposé dans 1.000 écoles supplémentaires à cette rentrée. «Soit autant d’élèves qui pourront ensuite le poursuivre en LV1 au collège. Cette augmentation dans le primaire va permettre d’inscrire la dynamique de progression de l’enseignement de l’allemand dans le temps.»