L’Europe de l’Est en tête des pays anti-migrants

Les migrants font la queue à la frontière entre la Serbie et la Hongrie, dans la zone de transit hongroise, à Horgos. [Edvard Molnar/EPA]

Neuf des dix premiers pays les moins désireux d’accueillir des migrants se trouvent en Europe de l’Est, selon le dernier sondage Gallup sur la migration publié le 23 août.

Six des neuf pays européens sont de jeunes États membres de l’UE d’Europe de l’Est : la Hongrie, la Slovaquie, la République tchèque, la Lettonie, l’Estonie et la Croatie. Les trois autres se trouvent sur la fameuse route des Balkans qu’ont empruntée des milliers de migrants en 2015 et 2016 pour se rendre en Europe occidentale depuis la Grèce. Ce sont la Macédoine, le Monténégro et la Serbie. Israël vient compléter le top 10.

L'UE choquée face au souhait de la Slovaquie de n'accueillir que des migrants chrétiens

Le Premier ministre slovaque a annoncé que son pays n’accepterait que des migrants chrétiens. Face à cette déclaration, la Commission européenne a réitéré le principe de non-discrimination qui est au cœur de la loi européenne. 

Seuls trois pays européens font partie des pays les plus accueillants envers les migrants : l’Islande, et deux membres de l’UE, la Suède et l’Irlande, montre le sondage.

L’UE fait face à un afflux massif de réfugiés, venant principalement de Syrie, depuis 2015. La plupart des migrants ont navigué vers les îles grecques en 2015 et 2016 pour ensuite se rendre en Europe continentale, mais aujourd’hui le sud de l’Italie est leur principal point d’entrée.

Le gouvernement italien a enregistré 85 000 arrivées sur ses côtes durant les six premiers mois de l’année et appelé l’UE à contenir le flux de migrants. L’Italie a demandé à la Commission d’obliger les États membres à accueillir des dizaines de milliers de migrants, dans le cadre d’un plan d’urgence lancé il y a près de deux ans et non appliqué.

La Commission a déjà engagé une action en justice contre la République tchèque, la Hongrie et la Pologne pour leur réticence à accueillir des migrants.

Bruxelles sévit contre trois pays refusant les réfugiés

Après de vaines mises en gardes, Bruxelles s’est résignée à lancer des procédures d’infraction contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, pour leur refus obstiné d’accueillir des demandeurs d’asile depuis l’Italie et la Grèce.

L’Indice d’acceptation des migrants de Gallup est fondé sur trois questions posées dans 138 pays en 2016 et aux États-Unis en 2017. Les personnes interrogées devaient donner leur réaction face à la perspective de migrants arrivant dans leur pays, aménageant dans leur quartier et se mariant avec l’un de leurs proches.

Le sondage montre que les habitants des pays d’Europe de l’Est, qui sont généralement hostiles envers les migrants, sont les plus fortement opposés à l’accueil des réfugiés syriens dans leur pays.

Pour Gallup, « les gens de ces pays – dont beaucoup ont déjà de longues histoires de conflit avec les pays voisins – sont prédisposés à se méfier des étrangers. Et l’afflux de réfugiés n’a fait qu’aggraver cette attitude ».

« Même avant la crise, la plupart des pays d’Europe de l’Est trouvait que les niveaux de migration étaient trop élevés », indique Gallup.

Le taux d’acceptation le plus élevé se trouve parmi les populations urbaines les plus instruites et parmi les migrants de première génération, souligne le sondage.