L’immigration, une chance économique pour l’Allemagne

Les immigrants boostent l'économie. [SLU Madrid/ Flickr]

En Allemagne, la popularité croissante des partis d’extrême droite montre que les rhétoriques liant insécurité et chômage aux migrants trouvent un terrain fertile. Un article d’Euractiv Allemagne.

En dépit d’une situation économique favorable, les peurs des citoyens allemands vis-à-vis, notamment, de l’immigration et de l’économie, parviennent à prendre racine.

En 2016, les revenus du gouvernement ont pourtant dépassé ses dépenses pour la troisième année consécutive. Une prospérité à laquelle les travailleurs étrangers contribuent de manière considérable, selon une étude de Movinga.

Merkel n'oublie pas l'immigration légale

« Nous voulons une solution à 28 États », a affirmé la chancelière allemande à l’ouverture du sommet européen sur le Brexit et la crise des réfugiés.

 

Une analyse menée dans 16 États allemands montre que les territoires où il y a une grande proportion de travailleurs étrangers connaissent moins de chômage et de plus hauts niveaux d’investissement en capital risque. Le nombre de brevets enregistrés  dans ces États est également plus élevé. Conclusion : les immigrants ont un impact positif sur l’économie allemande.

Sur la base de données de l’OCDE et du bureau des statistiques allemand, l’étude indique que la diversité culturelle allemande est l’un des facteurs contribuant à la réussite économique.

La population allemande est constituée de 9,6 % d’immigrants et un Allemand sur cinq est issu de l’immigration. Ce chiffre à lui seul ne dit pas tout. C’est en effet la proportion d’étrangers qualifiés dans les industries importantes du pays qui souligne réellement l’importance de l’immigration. Une proportion de plus en plus élevée, selon l’étude.

L’immigration, première peur des citoyens européens

Selon une étude publiée in juillet par la Commission, l’immigration est désormais la principale préoccupation des citoyens européens, devant les questions économiques et le chômage.

Les auteurs de l’étude ont comparé les indicateurs principaux de l’innovation et de la prospérité économique (notamment les entreprises bénéficiant d’investissements à risque, les demandes de brevets et le chômage) au nombre de migrants. Ils en ont conclu que les États relativement peu performants, qui comptent moins de travailleurs étrangers, pourraient améliorer leur taux d’innovation  et de réussite économique attirant davantage de personnel qualifié de l’étranger.

« Le très grand nombre d’entreprises disposant de capital-risque et le nombre d’enregistrements de brevets dans les régions multiculturelles, comme Berlin, la Bavière et le Baden-Württemberg, montrent que l’immigration affecte positivement l’innovation et la croissance, insiste Finn Age Hänsel, qui dirige Movinga.

Un diplomate arabe raille le discours européen sur l'immigration

Des heures de discussion sur la crise des réfugiés et la politique de voisinage et aucune mention des mots « Irak », ou « Islam » :  un ancien envoyé spécial de l’ONU en Syrie condamne la langue de bois des Européens.