La Commission Juncker confirmée par le Parlement après quelques ajustements

Jean-Claude Juncker [EPP/Flickr]

Le nouvel exécutif européen a été confirmé à une large majorité par les parlementaires européens le 22 octobre, après que Jean-Claude Juncker ait procédé aux quelques ajustements réclamés par les grandes familles politiques. 

Pari réussi pour Jean-Claude Juncker. Le nouveau président de la Commission européenne a obtenu, mercredi 22 octobre, le soutien d’une large partie du Parlement européen lors du vote d’investiture de la nouvelle équipe de commissaires.

Après plus de 3 heures de discussion, les parlementaires ont voté en faveur du nouveau collège de commissaire, à 423 voix pour, 209 contre et 67 abstentions, ce qui octroie au nouveau président une confortable majorité.

Majorité pro-européenne

Pour autant, plusieurs défections parmi les élus des grandes familles politiques ayant appelé à voter en faveur du nouvel exécutif, les libéraux de l’ALDE, les socialistes du S&D et le centre-droit (PPE) sont à recenser.

En effet, Jean-Claude Juncker pouvait normalement compter sur les 479 voix que compte cette majorité élargie. 56 voix ont donc manqué à l’appel, parmi lesquels les socialistes espagnols et belges ou français, mais aussi certains élus de la famille politique de Juncker, comme l’eurodéputée française Rachida Dati. Aucun élu du groupe des libéraux n’a voté contre le collège, même si certains se sont abstenus.

>>Lire: Remous au sein de la coalition avant le vote pour la nouvelle Commission

Au total, ce sont 32 socialistes, 6 libéraux et 3 membres du PPE, la famille politique de Jean-Claude Juncker, qui ont voté contre ou se sont abstenus. Faible compensation,  12 membres du groupe des conservateurs et réformistes (ECR) dont la consigne était de s’abstenir ont tout de même donné leur voix à la nouvelle Commission. Deux élus Vert, une élue non-inscrite, Iveta Grigule, ainsi qu’un membre du groupe eurosceptique EFDD de Nigel Farage ont également fait de même.

 « Si vous comparez les chiffres de mon élection en juillet, celle du collège aujourd’hui et celle de Martin Schulz à la tête du Parlement européen vous voyez qu’il y a une vraie majorité pro-européenne stable autour des 400 voix » a insisté le président Juncker lors d’une conférence de presse à l’issue du vote.

De son côté, Martin Schulz, le président du Parlement européen a félicité Jean-Claude Juncker, estimant que ce dernier avait obtenu « un excellent résultat »et une « une majorité très forte »

Ajustements du collège

Pour rallier la majorité de la grande coalition, Jean-Claude Juncker a procédé à quelques ajustements au sein de son collège de commissaire.

>>Lire: Juncker défend l’architecture « politisée » de la nouvelle Commission

Le plus attendu, la citoyenneté qui faisait partie du portefeuille du commissaire hongrois Tibor Navrascis, passe aux mains du commissaire à l’immigration. « J’ai décidé de confier la citoyenneté au commissaire chargé de la migration et des affaires intérieures qui travaillera sur ce dossier en étroite collaboration avec la commissaire en charge de la justice et des consommateurs » a-t-il expliqué.

L’attribution de ce portefeuille au commissaire hongrois, un ancien ministre du régime de Victor Orban fortement critiqué pour ses atteintes récurrentes aux libertés individuelles, avait provoqué une véritable levée de boucliers de la part du Parlement européen, et notamment des libéraux.

La politique du médicament sera réattribuée au commissaire en charge de la santé, alors qu’elle était passée sous la houlette de celui à l’industrie. « Je n’avais pas idée que les médicaments seraient une marchandise comme une autre », s’est défendu le président, qui a confirmé que cette politique serait « réaffectée au commissaire à la santé ».

Le groupe de socialistes (S&D) avait de ce rapatriement une condition sine qua non de leur soutien au collège.

Autre réajustement, la politique de l’espace, initialement incluse dans le portefeuille des transports dépendra finalement de celui du marché intérieur.

Enfin, le commissaire à l’élargissement sera chargé d’un intitulé sans ambiguïté de « commissaire aux négociations à l’élargissement ». « J’ai choisi de nommer [ainsi] car il n’y aura pas de nouveaux membres dans les 5 années à venir » a-t-il expliqué, réaffirmant sa politique de non-élargissement pendant son mandat.

Des gages sur l’Europe sociale

Le président a conclu son exercice en rappelant l’enjeu de ce nouvel exécutif, qui devra enrayer la méfiance grandissante à laquelle la construction européenne fait face.

« Cette Commission sera celle de la dernière chance » a averti  Jean-Claude Juncker. « Soit nous réussissons à rapprocher les citoyens de l’Europe, à réduire de façon draconienne le niveau du chômage et à redonner une perspective européenne aux jeunes, soit nous échouons »

Sur le volet du social, le nouveau chef de l’exécutif a tenté de donner une ligne ambitieuse.   « Je veux que l’Europe soit dotée d’un AAA social, aussi important qu’un AAA économique et financier » a-t-il soutenu, donnant la priorité à «  la lutte contre le chômage ».

Le très attendu plan d’investissement de 300 milliards d’euros prévu dans le programme de Jean-Claude Juncker afin de relancer la croissance n’a pas fait l’objet de nouvelles précisions. Mais le président s’est engagé à en présenter le détail, en collaboration avec Jyrki i Katainen, vice-président pour l’emploi, la croissance, l’investissement et la compétitivité, «  avant Noël ».

Réactions

« Nous plaçons la Commission sous surveillance renforcée, et n’hésiterons pas à demander sa censure si les actes ne sont pas en adéquation avec les engagements pris par M. Juncker devant nous et ne répondent pas à l’urgence. Dans notre programme comme dans notre soutien aux Commissaires sur lesquels nous comptons le plus, les Socialistes et d’abord Frans Timmermans et Pierre Moscovici, nous serons intransigeants sur la réorientation de l’Europe afin qu’elle se rapproche des citoyens Européens, qu'elle redonne l'espoir, qu'elle fixe une perspective et qu'elle redevienne la solution » a déclaré la délégation socialiste française au Parlement européen.

"Le vote d'investiture obtenu ce matin par la Commission Juncker achève une révolution tranquille : la transformation de l'Union européenne en une vraie démocratie parlementaire" a déclaré Alain Lamassoure, président de la délégation française (UMP) du Groupe PPE.  "Avec Jean-Claude Juncker, l'Europe a désormais un leader qui doit sa légitimité au vote populaire et qui est indépendant des gouvernements nationaux. Il peut s'appuyer sur une large majorité pro-européenne au sein du Parlement. En ces temps de doute, de crise économique, de guerres aux frontières du continent, les conditions sont enfin réunies pour que l'Europe retrouve enthousiasme et élan en s'attaquant aux priorités sur lesquelles nous avons été mandatés par nos électeurs : la croissance, la maîtrise des migrations, l'Europe de l'énergie, la défense de notre sécurité et de nos intérêts sur la scène mondiale. L'Europe du XXIème siècle dont nous avons besoin" a conclu Alain Lamassoure. 

Contexte

Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne a annoncé le 10 septembre la distribution des portefeuilles au sein de la nouvelle Commission européenne.

Parmi les nouveaux commissaires, qui devraient gagner leur poste le 1er novembre, 18 sont d'anciens ministres voire premiers ministres. Le Président s'est félicité et a déclaré que la nouvelle Commission était « très politique ».

La nouvelle Commission doit maintenant faire l'objet d'un vote d'approbation dans son ensemble par le Parlement européen. Les auditions se sont tenues du 29 septembre au 20 octobre. Les 27 commissaires ont été passés au crible par les eurodéputés issus des commissions correspondant au poste brigué par le candidat. Malgré plusieurs candidatures critiquées, seule la candidate slovène, Alenka Bratušek, a été finalement retoquée par les eurodéputés. 

Prochaines étapes

  • 1er novembre: entrée en fonction de la nouvelle Commission européenne

Plus d'information