Le recyclage des navires dans l’UE privé d’incitation financière

84% des navires européens sont encore envoyés en Asie du Sud pour être démantelés. [Sergey Timofeev/Shutterstock]

Bruxelles a décidé de reporter la mise en place d’une incitation financière favorisant le recyclage des navires dans l’UE. Au risque de rendre inopérant le nouveau règlement européen. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

C’est une occasion ratée. La Commission européenne a préféré attendre encore avant de favoriser l’émergence d’une véritable filière européenne de recyclage des navires. L’incitation financière envisagée a, en effet, sauté de l’agenda communautaire. Elle consistait à faire payer aux armateurs européens une licence mensuelle, annuelle ou quinquennale par navire, qui serait remboursée au dernier propriétaire à condition que son recyclage soit réalisé dans une installation approuvée par l’UE, selon un rapport publié le 8 août par l’exécutif.

Pour l’ONG Shipbreaking Platform, Bruxelles doit agir maintenant, au risque de rendre inefficace le règlement européen qui rend obligatoire le recyclage des navires en fin de vie dans l’UE dès le 31 décembre 2018. Selon elle, les propriétaires de navires pourront continuer à se dégager de leur responsabilité en dépavillonnant’ simplement leur navire dans un Etat hors de l’UE.

En 2016, 84% des bateaux européens en fin de vie ont été démantelés sur une plage d’Inde, du Pakistan ou du Bengladesh. Une pratique dont le bilan est lourd pour la santé des travailleurs des chantiers comme pour l’environnement. Ces plages affichent en effet une forte concentration dans l’air d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ainsi que des taux élevés de métaux lourds et d’hydrocarbures dans l’eau et les sédiments.