Uber collabore avec les transports publics pour améliorer la mobilité urbaine

18194781702_c3d97c971e_z [Alper Çuğun/Flickr]

Uber se joint à l’association de transports publics UITP pour améliorer la mobilité dans les villes, réduire l’utilisation des voitures privées et éviter les embouteillages. La plateforme cherche ainsi à redorer son image et à devenir une partenaire de confiance dans la mobilité urbaine.

« Ces sept dernières années, nous avons beaucoup appris sur les déplacements de nos utilisateurs dans plus de 600 villes partout dans le monde », a déclaré Uber, dont le chiffre d’affaires est d’environ 59 milliards d’euros, dans un communiqué.

« Nous savons aussi que nous avons beaucoup à apprendre de nos experts sur la mobilité urbaine. C’est pourquoi nous avons l’honneur de rejoindre l’Association internationale des transports publics (UITP), qui représente les intérêts du transport public dans le monde depuis plus de 135 ans », a annoncé le responsable politique et recherche d’Uber, Andrew Salzberg.

La CJUE s'oppose à la Commission sur le cas Uber

L’avocat général de la Cour de justice de l’UE estime qu’Uber ne peut revendiquer la base légale de l’économie collaborative. Parce qu’il s’agit tout simplement de transport.

La décision survient suite à l’alliance des autorités de surveillance de la vie privée de sept pays européens pour enquêter sur le piratage des données de millions d’utilisateurs d’Uber. Leurs enquêtes sur les potentiels manquements d’Uber se feront au niveau national, et les autorités pourraient imposer une amende à l’application dans chaque pays.

Selon Andrew Salzberg, Uber cherche constamment des moyens de « renforcer notre relation avec l’industrie des transports publics ». L’alignement de sa politique avec celle des autorités en charge des transports publics est une bonne manière de transformer Uber en un meilleur partenaire pour les villes.

Passant d’une approche agressive à une approche plus collaborative grâce au nouveau PDG Dara Khosrowshahi, Uber considère que « si tous les trajets dans des voitures personnelles étaient transformés en mobilité partagée, le nombre de véhicules en ville pourrait être réduit de 97 %. »

« Cela permettrait également de réduire considérablement les embouteillages, d’abaisser le coût des transports et d’accroître l’accès à l’emploi et à l’opportunité pour tous. C’est la vision que nous voulons essayer de construire aux côtés d’UITP. »

UITP, champion mondial de la mobilité urbaine durable avec 1 500 entreprises membres, a décidé de créer une nouvelle sous-section en son sein appelée « Plateformes digitales » – qui inclurait des acteurs proposant des outils de planification d’itinéraires ou des services de covoiturage sur Internet.

La nouvelle sous-section comprendra des plateformes digitales en ligne facilitant l’accès aux services via une relation B2B (business to business), B2C (business to customer), ou P2P (peer to peer). Les nouveaux arrivants sont des sociétés comme Uber, Door2Door, Citymapper, Moovel, Via, Grab, Ola, Yandex, 99 et Upstream. Elles reflètent l’évolution très rapide du secteur de la mobilité urbaine, affirme l’UITP.

Parallèlement à la nouvelle approche d’Uber, les villes européennes accélèrent aussi leurs efforts sur la mobilité partagée, veulent réduire les embouteillages et la pollution tout en permettant au secteur d’être le plus rentables possible. En 2015, les sociétés travaillant dans la mobilité urbaine en Europe ont généré environ 5,1 milliards d’euros.

Le secteur pourrait se multiplier par 20 et atteindre les 100 milliards d’euros en 2025 selon certaines estimations, puisque de plus en plus d’entreprises et de villes se joignent à l’initiative.

Selon Uber, le financement régulier et l’expansion de systèmes à grande capacité et grande fréquence comme les métros ou les tramways sont les moyens les plus efficaces de transporter un grand nombre de personnes en ville.

La société de chauffeurs privés soutient que les fournisseurs de mobilité à la demande, comme Uber, peuvent rendre ces systèmes de transport rapide encore plus efficace, en connectant sans difficulté les voyageurs à leur destination finale et en encourageant les covoiturages plutôt que les trajets individuels. « Nous avons constaté cela dans des villes aussi différentes que Los Angeles et Londres. »

« Il existe des opportunités énormes d’amélioration de nos systèmes de transports si nous transformons davantage de trajets individuels en voyages partagés », affirme Uber. « Nous avons déjà développé des partenariats avec différentes autorités de transport et villes. En rejoignant l’UIPT, nous voulons étendre et approfondir le dialogue avec les opérateurs de transports publics partout dans le monde. »