EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Hassan Rohani annule sa visite à Vienne

Politique

Hassan Rohani annule sa visite à Vienne

Le président iranien, Hassan Rohani.

[Greek Ministry of Foreign Affairs/Flickr]

Les autorités autrichiennes sont restées perplexes suite à l’annulation de dernière minute de la visite du président iranien, Hassan Rohani, à Vienne. Un article d’EurActiv Allemagne.

Lorsque l’accord sur le nucléaire iranien a été conclu avec succès à l’automne dernier, le président autrichien, Heinz Fischer, a été le premier chef d’État européen à se rendre à Téhéran et la visite inverse était au programme. En effet, Hassan Rohani devait se rendre dans trois capitales : Bagdad, Bruxelles et Vienne.

>> Lire : L’UE s’oriente vers la levée des sanctions contre l’Iran après l’accord sur le nucléaire

Mais ses visites dans la capitale européenne et à Bagdad ont été supprimées de l’agenda et à quelques heures de son arrivée prévue à Vienne, la visite a également été décommandée pour des « raisons de sécurité ». La décision a surpris les autorités autrichiennes qui, malgré les attentats perpétrés à Bruxelles la semaine dernière, ne sont pas au courant d’une menace sécuritaire accrue dans leur pays alpin.

Selon des sources du ministère des Affaires étrangères, les autorités iraniennes pourraient avoir annulé la visite à cause des manifestations anti-Iran prévues à Vienne durant la visite du président. En effet, ces derniers jours, le ministère de l’Intérieur a reçu un grand nombre de demandes d’autorisation de manifester. Les autorités municipales ont donc décidé de bloquer les routes pour gérer les manifestants.

Certains journaux autrichiens ont rapporté que Téhéran avait demandé au gouvernement autrichien d’annuler toutes les manifestations, une requête que Vienne aurait rejetée.

>> Lire : La modération d’Hassan Rohani, une chimère

La communauté juive d’Autriche a vivement critiqué la visite prévue d’Hassan Rohani. Son président, Oskar Deutsch, a dénoncé les années de violations des droits de l’Homme et de répression dans le pays du Moyen-Orient. Selon lui, cela aurait dû être une raison suffisante pour que le président Fisher refuse la venue d’Hassan Rohani. Il a également mentionné la politique d’exécution de l’Iran, qui a entrainé la mort de 753 personnes l’année dernière, et de déjà 200 personnes depuis le début de l’année. Des chiffres qui placent l’Iran en tête des pays procédant au plus grand nombre d’exécutions per capita dans le monde.

>> Lire : L’UE condamne Téhéran après l’exécution de Fatemeh Salbehi

La visite viennoise avait pourtant une dimension économique significative étant donné que 100 chefs d’entreprise iraniens étaient déjà arrivés dans la capitale pour participer à un forum économique, le 31 mars. Par ailleurs, le chef de la Banque Nationale d’Iran se trouve actuellement à Vienne pour négocier le déblocage de fonds iraniens détenus dans des comptes en banque autrichiens et jusqu’à présent gelés. Ces derniers auraient une valeur de 4 milliards d’euros.

Ni l’Autriche ni l’Iran n’ont donné une date de visite ultérieure, mais Téhéran a tout de même déclaré que l’annulation leur donnait le temps de « mieux organiser et coordonner » une prochaine visite.