EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

17/01/2017

Des eurodéputés veulent faire passer un amendement anti-Schulz

Politique

Des eurodéputés veulent faire passer un amendement anti-Schulz

L'eurodéputé ECR Ashley Fox

Une cinquantaine de députés européens soutient un amendement destiné à limiter le mandat du président du Parlement européen à 5 ans, soit deux demi-mandats. Une manœuvre qui vise explicitement Martin Schulz, candidat à sa propre succession.  

L’initiative a été lancée par un membre du groupe des Conservateurs et réformistes (ECR), et plus précisément par les conservateurs britanniques, derrière l’eurodéputé Ashley Fox. L’idée est d’insérer cette question de limitation de la durée du mandat au sein du rapport « Corbett », portant sur la révision du code de procédure de l’institution, et dont le vote est attendu en fin d’année.

La probable candidature du socialiste Martin Schulz à son remplacement commence en effet à irriter à droite, dans la mesure où l’homme politique resterait alors à son poste durant 7,5 ans. La droite souhaite notamment voir une alternance se produire, comme la coutume le veut.

La droite veut récupérer la présidence du Parlement européen

5 candidats de droite briguent le poste de président du Parlement européen. Installé depuis 5 ans à ce poste, Martin Schulz fait campagne pour y rester.

EurActiv.fr

L’amendement devra dans un premier temps être voté en comité des affaires constitutionnelles, en novembre, et sera ensuite soumis en session plénière. Pour l’heure, l’amendement a été soutenu par des membres de 6 des 8 groupes politiques du Parlement européen, à l’exception de membres des sociaux-démocrates, et du groupe Europe des Nations et des Libertés qui regroupe des formations d’extrême droite, dont le Front national.

« Limiter la durée de la présidence du Parlement européen permettra d’assurer que nous soutenons un vrai leadership au Parlement européen, et que le Parlement s’aligne avec le Conseil européen, où une telle règle s’applique » assure l’eurodéputé Ashley Fox, qui estime que ce nouveau dispositif permettra d’afficher les valeurs démocratiques du Parlement européen.

« Après moi le déluge »?

Venue de députés britanniques, juste après le Brexit, l’amendement répondrait-elle à la maxime « après moi le déluge » comme le suggère un soutien de Schulz ?

Mais pas du tout. « Nous sommes encore là, et bien là, sans doute pour les 2,5 ans de mandat à venir. Donc nous sommes directement concernés ! Et par la suite, nous avons aussi à cœur que les institutions européennes fonctionnent le mieux possible » assure Robert Taylor, le porte-parole des britanniques au sein du groupe ECR au Parlement européen. Le groupe ECR n’a pas encore décidé s’il présentera un candidat à la tête du Parlement européen, ce qui semble peu probable. Étant donné la décision du pays de quitter l’UE, les soutiens pour cette candidature en provenance du groupe le plus britannique du Parlement européen risqueraient de se faire rares.

Le Brexit plonge le Parlement européen dans le brouillard

Au Parlement européen, l’incertitude créée par le referendum britannique divise les eurodéputés sur le sort réservé à leurs collègues britanniques. Seul Nigel Farage fait l’unanimité contre lui.

EurActiv.fr