EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

08/12/2016

En berne au Parlement européen, l’influence française se rattrape au Conseil

Politique

En berne au Parlement européen, l’influence française se rattrape au Conseil

23 eurodéputés du Front national sont entrés au Parlement européen. Ils étaient seulement 3 entre 2009 et 2014

Les élections de 2014 marquées par la montée du Front national n’ont pas permis à la France de corriger sa perte d’influence au Parlement européen, selon un rapport de la Fondation Schuman. Mais au sein du Conseil et de la Commission, la situation française est meilleure.

L’Allemagne a creusé l’écart avec la France dans la course à l’influence au sein des institutions européennes.

Dans une étude qui dresse un premier bilan de l’influence des États membres au sein des institutions après les élections européennes de mai 2014, la Fondation Robert Schuman, constate « une perte d’influence significative » des Français au sein du Parlement européen, touchés par l’arrivée massive des eurodéputés du Front national lors des dernières élections européennes.

Effet Front national

En effet, sur les 52 non-inscrits que compte le Parlement européen, 23 sont issus du Front national. Sans groupe politique, ces élus ne disposent pas d’un accès aux postes à responsabilité au sein de l’hémicycle.  « L’obtention potentielle de postes par des députés français s’est limitée aux 51 autres parlementaires français qui siègent dans des groupes politiques », souligne le rapport.

>>Lire : Les Français récupèrent les miettes pour les postes au Parlement européen

La montée en puissance du FN a également fait reculer l’influence des élus français au sein de leurs différents groupes politiques. Deuxième délégation en nombre d’eurodéputés, la France n’est qu’en troisième position au sein du groupe de centre-droite PPE, le plus important du Parlement. La délégation française socialiste représente la sixième force du groupe S&D. Chez les Verts et les libéraux, les Français se trouvent à la 2e place.

Un Parlement « salle d’attente »

Les mauvaises habitudes françaises ne sont pas nouvelles. Au cours de la mandature précédente (2009-2014), les élus français s’étaient déjà distingués par un taux de démissions parmi les plus importants. Ils étaient 18 % à avoir abandonné leur siège à Bruxelles pour une autre fonction, contre 4 % chez les Allemands.

>>Lire : Un eurodéputé français sur deux cumule les mandats

Autre indicateur, le nombre de mandats effectués par les élus européen, très inférieur en France, où les eurodéputés effectuent en moyenne 1,76 mandat, tandis que l’Allemagne et le Royaume-Uni affichent des moyennes de 2,48 et 2,23 chacun.

Seulement 8,4 % des postes influents

L’expérience parlementaire a une incidence directe sur l’obtention de postes à responsabilité, où la France est aussi à la peine. « La France compte actuellement 26 députés exerçant des responsabilités importantes, moins que l’Italie qui en obtient 29, le Royaume-Uni 28 et l’Allemagne qui détient 56 postes « importants » » souligne le rapport.

>>Lire : Les Français lâchent du terrain au Parlement européen

Les présidences de commissions parlementaires ont globalement échappé aux Français, qui n’en obtiennent que 2, celle d’Alain Cadec (pêche) et de Jean Arthuis (budget), contre 4 lors de la mandature précédente.

Perte de parité avec l’Allemagne au Conseil

Au sein du Conseil, l’influence française n’a pas été aussi touchée par la montée du Front national. Au sein des différentes directions générales du Conseil, la France s’affirme comme la quatrième nation en termes de ressortissants, avec 1 directeur général et 4 directeurs, et 9 chefs d’unité.

Mais depuis le 1er novembre, la voix de la France au sein du Conseil n’a plus le même poids que celle de l’Allemagne. L’Hexagone dispose d’un nombre de voix plus élevé qu’au cours de la mandature précédente. Passant de 12,98 % des voix au Conseil contre 8,4 % mais « ce gain de voix est à relativiser, car si son poids augmente vis-à-vis des pays moins peuplés, la France perd sa parité historique avec l’Allemagne qui dispose à présent de 15,93 % des voix» souligne le rapport.

Du côté de la Commission

Si le bilan semble maigre du côté du Parlement européen et mitigé au Conseil, le renouvellement de la Commission aura été plus favorable aux Français. Au sein des cabinets des commissaires européens, on compte 29 Français, contre 28 sous le précédent exécutif européen.

Les Allemands sont eux représentés par 25 nationaux auprès des différents commissaires, mais ils sont 4 à occuper les positions de chef de cabinet et 5 d’adjoints, contre seulement un chef de cabinet pour la France, et 5 adjoints.

Présents auprès de 20 commissaires, les Français sont toutefois absents des cabinets stratégiques, comme celui de l’aide au développement, à laquelle la France est portant un des principaux contributeurs, ainsi que celui des affaires sociales ou de l’énergie et du climat.

Contexte

Les élections européennes se sont déroulées en mai 2014 dans les 28 Etats membres.

En France, elles ont été marquées par l'arrivée de 24 eurodéputés Front national, dont une élue a ensuite choisie de quitter la formation. Le parti d'extrême-droite en avait 3 lors de la précédente législature.

Cette évolution des représentants français à Bruxelles a accentué la chute de l'influence française au sein du Parlement européen et des autres institutions. 

Plus d'information