EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

Espagne : les socialistes ont-ils encore un avenir ?

Politique

Espagne : les socialistes ont-ils encore un avenir ?

Les Socialistes espagnols soutiendront indirectement Mariano Rajoy.

Crédit : StockPhotoAstur / Shutterstock.com

Les socialistes espagnols ont décidé de s’abstenir pour laisser Mariano Rajoy demeurer président du gouvernement. Un calcul stratégique risqué, sur fond de pression indépendantiste en Catalogne. Une analyse de notre partenaire La Tribune.

Il n’y aura donc sans doute pas de troisièmes élections générales en un an en Espagne. Ce dimanche 23 octobre, le comité fédéral du Parti socialiste espagnol (PSOE) a décidé qu’il s’abstiendrait au deuxième tour du scrutin d’investiture de l’actuel président du gouvernement conservateur Mariano Rajoy. Cette abstention permettra la réélection officielle du chef du gouvernement qui peut compter sur le soutien « actif » de l’autre parti de droite Ciudadanos. Seule une fronde massive et improbable des députés socialistes peut empêcher cette issue qui mettra fin à dix mois de crise gouvernementale dans le royaume.

Pour le PSOE, c’est un véritable tournant dans son histoire. Depuis le 20 décembre, son secrétaire général Pedro Sánchez avait refusé tout soutien direct ou indirect au Parti populaire (PP) de Mariano Rajoy. Sa position avait cependant été désavouée par les dirigeants du PSOE qui, le 1er octobre dernier, l’ont poussé à la démission. Depuis, la direction provisoire, dirigée par le président des Asturies, Javier Fernández, s’était efforcée de convaincre le parti de permettre l’investiture de Mariano Rajoy.

Responsable, mais critique

Cette position est défendue depuis des mois, avant même l’élection du 26 juin dernier, par l’aile droite du parti et s’appuie sur des forces considérables comme la figure de l’ancien chef du gouvernement espagnol Felipe González ou la direction du quotidien El País. Le calcul de la direction provisoire du PSOE est que l’électorat comprendra, comme l’a répété dimanche Javier Fernández qu’« une abstention n’est pas un soutien ». Le PSOE peut alors se présenter comme « responsable » en mettant fin au blocage politique, tout en refusant d’endosser la responsabilité des actes futurs du gouvernement Rajoy. Dès lors, lorsque ce gouvernement sera devenu impopulaire, notamment parce que cet exécutif va devoir pratiquer les coupes massives de dépenses que lui réclame Bruxelles, le PSOE disposera des moyens de le renverser et de rafler la mise en se présentant comme la seule alternative de gouvernement.

Pas d’alternative ?

Ce calcul semble d’autant plus incontournable aux dirigeants socialistes que l’alternative, la troisième élection, se présente sous de très mauvais auspices pour un PSOE qui s’est déchiré et droitisé après l’éviction de Pedro Sánchez. Du reste, un nouveau scrutin ne profiterait, selon les sondages, qu’au parti populaire, seul parti qui apparaît comme capable de construire une majorité et qui verra ses électeurs se mobiliser suffisamment une troisième fois. Bref, accepter un nouveau scrutin serait, pour le PSOE, une forme de suicide politique. Entre la peste et le choléra, la direction socialiste a préféré se donner du temps pour reconstituer par une « opposition raisonnée » son potentiel électoral.

Bloquer l’indépendantisme catalan

Mais en réalité, ce choix de Mariano Rajoy n’est pas qu’un choix par défaut, c’est aussi un choix d’adhésion pour une grande partie des « barons » du PSOE. Il s’agit de donner au pays un gouvernement face à la « menace » indépendantiste catalane. Alors que, à Barcelone, le président de la Generalitat, Carles Puigdemont, a clarifié son processus de sécession et fixé à la deuxième quinzaine de septembre un référendum d’autodétermination, que Madrid l’accepte ou non, les socialistes considèrent que le blocage politique espagnol ne peut continuer. En tête de ces barons, la présidente andalouse, Susana Díaz. Cette dernière défend depuis plusieurs mois l’idée d’un soutien indirecte à Mariano Rajoy pour bloquer les actes du gouvernement catalan. Susana Díaz considère que l’indépendance catalane est un danger pour sa région, l’Andalousie et défend une position dure face à Barcelone. De fait, ce soutien indirect du PSOE à Mariano Rajoy crée une sorte « d’union nationale » entre les trois partis partisans du statu quo institutionnel face aux nationalistes catalans et basques et à la coalition Unidos Podemos, favorable à des référendums d’autodétermination.

Pas comptable de la politique de Mariano Rajoy ?

Reste à savoir si ce triple pari est le bon pour le PSOE. Sur le plan tactique, il est clairement à haut risque. Le PSOE va devoir se montrer cohérent et il lui sera difficile de ne pas laisser passer aux Cortes le budget du nouveau gouvernement. Or, ce budget sera un budget d’austérité afin de satisfaire Bruxelles et d’éviter le gel des fonds structurels. Le PSOE sera donc considéré de fait comme complice de cette politique. S’il fait tomber Mariano Rajoy dans quelques mois, il aura du mal à se prétendre « responsable » et à ne pas endosser la responsabilité d’un budget qu’il aura laissé voter. L’idée d’apparaître comme un « recours » est donc très optimiste.

Podemos, seule alternative ?

On peut plutôt penser que, si en cas de succès du gouvernement Rajoy II, la population n’en attribuera guère la cause au PSOE, en cas d’échec, le PSOE se retrouvera sans doute touché par le même discrédit que les deux partis de la majorité, le PP et Ciudadanos. On demandera alors pourquoi le PSOE n’a demandé aucune concession à Mariano Rajoy pour lui accorder l’investiture. Par ce geste de soutien indirect à Mariano Rajoy, le PSOE place en réalité Unidos Podemos (UP) dans la position enviable de seule alternative. Certes, les élections du 26 juin et les scrutins régionaux en Galice et Pays Basque du 25 septembre ont montré que la coalition menée par Podemos semblait avoir atteint un palier électoral. Certes, les sondages disent que les électeurs socialistes sont fort peu attirés par Podemos. Mais la situation change désormais. S’il y a un vrai mécontentement contre le gouvernement, UP sera bien le seul recours pour faire changer la donne face à cette coalition à trois de fait. L’ambiguïté du PSOE a peu de chance de lui réussir, alors que, depuis 2008, cette ambiguïté programmatique l’a ramené vers ses plus bas niveaux historiques.

Quelle utilité pour le PSOE ?

En acceptant de devenir une « roue de secours » du PP, le PSOE brouille en réalité encore plus les cartes de son positionnement. La fin du bipartisme ne lui permet plus de se présenter comme une unique alternative au PP. Or, dans le nouveau paysage politique espagnol à quatre, le PSOE, en refusant toute entente avec UP a rejeté toute nouvelle logique de « blocs ». Il s’ancre donc au centre. Mais le centre espagnol est une zone fort encombrée avec le PP et Ciudadanos. Surtout, cet ancrage ne lui permet d’envisager à terme de revenir au pouvoir sans le PP, car il lui faudrait pouvoir passer une alliance avec UP, ce qu’il ne veut à aucun prix. Progressivement, la question de l’utilité du vote PSOE va donc à nouveau se poser, sauf dans les régions où il dispose d’un ancrage historique comme l’Andalousie. Le risque n’est alors pas mince que le PSOE devienne un parti surtout « andalou » et perde progressivement des positions ailleurs…

La lutte interne brouillera encore les pistes

Cette décision va encore alimenter une lutte interne qui ne cesse de continuer à brouiller davantage l’image et le message du PSOE. Pedro Sánchez a annoncé dès ce dimanche qu’il entendait mener la lutte contre les choix pris par la direction provisoire et le comité fédéral. Or, Pedro Sánchez va devoir proposer une alternative qui ne peut plus être celle d’attendre l’alternance comme il a fait mine de le croire : ce sera évidemment de pouvoir discuter avec Podemos. Cette division interne est une bombe à retardement pour le PSOE qui va se trouver de plus en plus écartelé entre son aile droite et son aile gauche. Il n’est pas sûr qu’un tel parti puisse apparaître réellement comme une alternative.

Piège pour les socialistes catalans

Reste un dernier point : la Catalogne. En soutenant Mariano Rajoy, le PSOE soutient le statu quo institutionnel, comme on l’a vu. Il jette le masque de son soutien théorique à une fédéralisation de l’État espagnol. Or, pour le Parti socialiste catalan (PSC), son double local, qui compte sur l’option fédérale pour stopper la course à l’indépendance, c’est un désastre. Ce parti qui a déjà perdu près de quinze points en dix ans en Catalogne se retrouve encore en difficulté. En suivant le PSOE, il ferait indirectement le choix de l’épreuve de force entre la Catalogne et le gouvernement espagnol en soutenant une alliance PP-Ciudadanos qui sera sans doute très hostile à tout changement institutionnel. Là encore, c’est son existence qui est en jeu et c’est pour cela que le PSC refuse toujours de s’abstenir lors de l’investiture. Tout se passe comme si le PSOE andalou avait sacrifié le PSC à ses propres intérêts et ceci laissera sans doute des traces.

Justification pour les indépendantistes

Du reste, les indépendantistes n’ont pas de raisons de se montrer mécontents de la tournure que prennent les résultats. Investi ou pas, Mariano Rajoy refuse de discuter d’un référendum. Le ralliement du PSOE discrédite encore un peu plus le discours du Podemos catalan et du PSC selon lequel il est possible de « changer l’Espagne ». Comme l’a souligné dimanche Jordi Turull, le chef du groupe parlementaire indépendantiste au parlement catalan qui a « remercié le PSOE de prouver que l’indépendance est le seul changement possible ». Alors que le groupe Podemos catalan commence à accepter l’idée d’un référendum unilatéral, cette décision des socialistes espagnols semble justifiée, dans l’esprit des indépendantistes, la voie prise par Carles Puigdemont. Ce dimanche, le PSOE a cru agir de façon « responsable », mais il a créé une nouvelle tectonique des plaques politiques qui pourrait bien lui coûter cher.

 

logo_tribune_petit.jpg