EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

La levée de visas pour les Turcs attendue en octobre

Politique

La levée de visas pour les Turcs attendue en octobre

Il semblerait que l'espace Schengen soit encore en danger en 2016

[Philippe Le Moine/Flickr]

La Turquie devra attendre jusqu’à octobre pour être exemptée de visa, a déclaré un représentant de l’UE lors du Conseil « Justice et affaires intérieures ».

La Commission a proposé de lever les obligations de visa dans l’espace Schengen pour les citoyens de l’Ukraine, du Kosovo et de la Turquie, et le sujet a été abordé vendredi 20 mai lors du conseil « Justice et affaires intérieures ».

Les ministres se sont concentré sur les amendements proposés par l’exécutif pour la règlementation européenne en matière de visa, qui doit faciliter la suspension du régime d’exemption de visa dans les pays où le flot de migrants a considérablement augmenté suite à l’abolition du visa.

« Un million et demi de personnes au Kosovo ou 3,5 millions en Géorgie est un nombre que l’UE peut digérer », a expliqué un responsable. « Mais un total de 125 millions en Turquie et en Ukraine ? » Le nombre d’habitants en Turquie est de 79 millions de personnes et l’Ukraine compte 46 millions d’habitants.

>> Lire : Merkel accusée d’exposer l’UE à un chantage turc

Selon la déclaration commune que les dirigeants de l’UE et le Premier ministre turc, Ahmet Davutoğlu, ont signé à Bruxelles le 18 mars, la libéralisation des visas devrait avoir lieu d’ici fin juin, si toutes les exigences de l’UE sont remplies d’ici là.

Or, selon un représentant européen, la Turquie ne pourra remplir que cinq critères sur les sept restants d’ici le mois de juin. Les deux autres seront traités en juillet.

La question la plus problématique est le refus de la Turquie d’harmoniser sa définition juridique du « terrorisme » avec l’UE. Par ailleurs, la Turquie n’a toujours pas introduit les passeports biométriques. Ankara doit aussi renforcer sa coopération juridique avec l’UE et avec son agence de police Europol et créer une autorité indépendante pour protéger ses données personnelles.

Mi-juin, la Commission européenne présentera son second rapport sur la mise en œuvre de l’accord UE-Turquie sur la migration. Le rapport inclura une évaluation du respect de la Turquie des critères pour la libéralisation des visas.

>> Lire : L’UE et la Turquie trouvent un accord sur la crise des réfugiés

Sur cette base, les ministres européens de l’Intérieur ont jusqu’à fin juin pour décider, mais le délai sera très serré pour que le Parlement ait son mot à dire avant les vacances, qui commencent généralement mi-juillet.

La décision du Parlement européen sera prise en septembre, et l’entrée en vigueur de la libéralisation pourrait donc avoir lieu en octobre, affirme le responsable.

Un délai qui correspond en fait à l’échéance récemment fixée par le président turc, Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier a prévenu l’UE qu’Ankara n’endiguera pas l’afflux de réfugiés, si Bruxelles ne respecte pas sa part du contrat.