EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

29/09/2016

Le SPD veut que Schulz conserve la présidence du Parlement européen

Politique

Le SPD veut que Schulz conserve la présidence du Parlement européen

Sigmar Gabriel veut que Martin Schulz garde ses fonctions pour un troisième mandat.

Le chef du parti allemand SPD, Sigmar Gabriel, veut que Martin Schulz demeure à la présidence du Parlement, contrairement à ce qui avait convenu initialement avec l. Un article d’EurActiv Allemagne.

« Le Parlement européen a le meilleur président possible avec Martin Schulz », a déclaré Sigmar Gabriel au Bild du 18 juillet. Auparavant, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, s’était également exprimé en faveur d’une prolongation du mandat du président du Parlement.

>> Lire : Martin Schulz rempile pour une présidence plus difficile au Parlement européen

« Initialement, les présidents du Parlement et du Conseil doivent être réélus après la moitié de la législature », a confirmé le chef du SPD. « Je pense qu’il faut absolument qu’ils conservent leur fonction. Tusk, Juncker et Schulz travaillent très bien ensemble, c’est pourquoi il faut qu’ils continuent, en particulier en ce moment. »

Les fractions du parti populaire européen (PPE) et les sociodémocrates (S&D) au sein du Parlement européen s’étaient mis d’accord pour que la direction de l’Assemblée soit transmise au PPE à la mi-mandat, c’est-à-dire en janvier 2017. Ce ne serait pas la première fois que le parti conservateur et le parti social-démocrate se partage la présidence du Parlement.

>> Lire : Les Français récupèrent les miettes pour les postes au Parlement européen

Or, les sociodémocrates notamment, remettent de plus en plus en question cet accord et exigent que Martin Schulz conserve ses fonctions pour un troisième mandat, jusqu’en 2019.

Jean-Claude Juncker, quant à lui, a justifié sa prise de position par les « temps difficiles » actuels et la volonté de « stabilité ». Sigmar Gabriel a exposé des arguments similaires, affirmant que « l’Europe n’a pas besoin de politique partisane actuellement ».

Le secrétaire général du parti de la CDU, Peter Tauber a cependant contredit cette affirmation et maintenu qu’il fallait respecter l’accord passé.

« Il y a certainement d’autres personnalités qui sauront se faire entendre au Parlement. Il n’y a pas besoin de Martin Schulz », a-t-il souligné. Le président du Parlement actuel est « peut-être l’ancre des sociodémocrates », mais cela ne suffit pas.