L’affaire du truquage de vote au Parlement européen rattrape Marine Le Pen

Après les élections régionales du 13 décembre, la présidente du FN devra s’expliquer sur les accusations de fraude au vote au Parlement européen, à la demande de Martin Schulz, selon une information du quotidien Les Échos.

La présidente du Front national a été rattrapée par les accusations de truquage de vote, à trois jours des élections régionales auxquelles la leader d’extrême droite est candidate (Nord- Pas-de-Calais)

>>Lire : Soupçons de truquage de vote du FN au Parlement européen

Selon une information du quotidien Les Échos, Marine Le Pen a été invitée par Martin Schulz, le président du Parlement européen, à venir s’expliquer sur des soupçons de fraude au vote. « Des personnes ont voté à la place de Marine Le Pen, c’est contraire au règlement. Ce sont des faits troublants qu’il faut éclaircir », insiste une source parlementaire, citée par le quotidien économique.

Fraude au vote

Le 28 octobre, Marine Le Pen avait quitté prématurément une séance de vote au Parlement européen à Strasbourg. Mais après son départ, ses votes avaient continué à être enregistrés.

Selon le décompte électronique des suffrages, la carte de vote de Marine Le Pen a été utilisée à au moins huit reprises après son départ de l’hémicycle.

Des eurodéputés présents au moment des votes ont rapporté qu’un voisin de Marine Le Pen dans l’hémicycle avait voté à sa place.

Sanction disciplinaire

Il s’agissait de Marcel de Graaf, eurodéputé néerlandais et membre du groupe créé par le Front national en juin dernier, Europe des Nations et des Libertés. Ce dernier a ensuite reconnu les faits, et encourait de fait des sanctions disciplinaires

L’eurodéputé FN Nicolas Bay, qui a également été dénoncé par plusieurs autres élus européens, continue de nier. De son côté, Marine Le Pen avait également nié avoir donné une quelconque consigne à son partenaire politique.

La présence des eurodéputés lors des séances de vote conditionne en partie le versement de leurs indemnités mensuelles. Un contrôle qui incite les eurodéputés peu assidus à venir régulièrement aux séances de vote, même s’ils assistent peu au reste du travail parlementaire. ?

« Nous attendons des explications pour savoir si des instructions ont pu être données », poursuit la source parlementaire, citée par Les Échos.