EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

La coalition allemande se déchire sur le dossier des migrants

Politique

La coalition allemande se déchire sur le dossier des migrants

Horst Seehofer [Wikimedia]

Les partis de la coalition gouvernementale allemande continuent de se déchirer sur le dossier de l’accueil des migrants, alors que la chancelière Angela Merkel, qui semble plus affaiblie que jamais, marquait dimanche sa dixième année au pouvoir.

Les profonds désaccords entre l’Union chrétienne-démocrate (CDU) d’Angela Merkel et le Parti social-démocrate (SPD) de son vice-chancelier Sigmar Gabriel ont conduit à l’annulation d’une réunion ministérielle prévue lundi 23 novembre, qui devait être consacrée à l’accélération des procédures pour les demandeurs d’asile.

Mais les tensions les plus vives opposent la CDU à son parti frère bavarois, la très conservatrice Union chrétienne-sociale (CSU), qui vient de tenir son congrès à Munich.

>>Lire : Face à la crise des réfugiés, les Etats-membres se reposent sur l’Allemagne

Vendredi soir, lors de ce congrès, le dirigeant de la CSU, Horst Seehofer, a vivement critiqué Angela Merkel qui se trouvait à ses côtés, lui reprochant de ne pas fixer un plafond au nombre de réfugiés qui pourraient être accueillis en Allemagne.

Il a été acclamé par l’assistance alors que Merkel avait du mal à cacher son embarras.

Elmar Brok, l’un des responsables de la CDU, a dénoncé dans une interview au Tagesspiegel l’attitude « impolie et inacceptable » de Seehofer. D’autres responsables du parti de la chancelière ont estimé que le dirigeant bavarois avait dépassé les bornes.

Mais Horst Seehofer a refusé de faire machine arrière, affirmant sur la chaîne de télévision n-tv qu’en toute conscience il ne pouvait pas raconter des histoires sur « le consensus et l’harmonie » au sein du gouvernement alors que de graves désaccords persistent.

Popularité en baisse

La cote de popularité de Merkel est tombée de 75% en avril dernier à moins de 50% aujourd’hui et le soutien à l’alliance CDU/CSU a baissé de cinq points, à 37%, dix points de plus que pour le SPD.

Ses conseillers demandent à la chancelière de trouver un moyen de limiter l’entrée des migrants en Allemagne, de préférence avant le printemps prochain quand auront lieu trois élections locales importantes.

 « Il y a encore quelques mois, la plupart des Allemands voyaient en Merkel quelqu’un de lucide et en qui on pouvait avoir confiance (…) Aujourd’hui, même dans son propre parti, on entend le refrain: « nous ne la reconnaissons plus' », écrit ce week-end le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

>>Lire : L’Allemagne prête à accueillir 7 200 réfugiés par jour

Selon les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur vendredi, plus de 900.000 réfugiés et migrants ont été enregistrés en Allemagne depuis le début de l’année. La plupart arrivent par la Bavière.

Lors du congrès de la CSU, la chancelière allemande a déclaré que l’Union européenne pourrait sortir plus forte de la crise des réfugiés si elle relevait le défi.

« Si nous voulons cela, nous devons travailler de toutes nos forces pour une solution européenne et internationale (…) par laquelle nous partagerons le fardeau en Europe et avec nos voisins », a-t-elle dit.

>>Lire : Merkel juge la question des migrants plus préoccupante que celle de la Grèce