EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

La crise économique a bouleversé les marchés du travail en UE

Politique

La crise économique a bouleversé les marchés du travail en UE

CDIs assouplis, baisse de charges, refonte de l’assurance chômage…Au total, 1200 nouvelles mesures ont été prises dans l’UE pour modifier le marché du travail depuis 2008.

Le nombre de réformes touchant au travail « s’est accru très nettement à partir de 2008 », selon le COE, le Comité d’orientation pour l’emploi, un organisme d’expertise rattaché au Premier ministre. Depuis 2008, les 28 pays de l’Union européenne ont adopté environ 1 200 mesures, contre 700 entre 2000 et 2007.

Mais « cette tendance générale masque des disparités selon les pays », nuance le Conseil, qui s’est penché sur les cas de l’Espagne, l’Italie, le Portugal, l’Irlande, le Royaume-Uni, le Danemark, la Suède, les Pays-Bas, l’Autriche et l’Allemagne.

Premier constat : c’est dans les pays du sud – Italie, Espagne, Portugal – que « les réformes ont été les plus nombreuses ».

>> Lire : Matteo Renzi amorce la réforme du marché du travail italien

Et pour cause, ces pays, qui ont enregistré une « dégradation à la fois plus forte et plus durable de la situation de l’emploi », ont souvent dû réformer « sous des pressions extérieures très fortes », notamment de l’Europe, « comme contrepartie au versement d’une aide financière ».

À l’inverse, « les pays ayant le moins réformé depuis 2008 sont aussi ceux qui avaient mis en œuvre des réformes de grande ampleur avant la crise », analyse le COE. Ces pays, « moins touchés » par la crise, « se rétablissent plus facilement ».

Le COE a observé « plusieurs grandes tendances » dans ces politiques de crise.

La première, surtout observée au sud, mais aussi aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, est « une tendance générale à l’assouplissement du droit concernant les contrats de travail », CDI en tête : simplification des procédures de licenciement, baisse des indemnités ou encore encadrement des réparations prud’homales.

Certains pays – Irlande, Espagne, Italie, Portugal – ont donné plus de marges à la négociation d’entreprises.

Les pays du sud de l’Europe, ainsi que la Suède et le Danemark, ont mené une politique de modération salariale et de baisse du coût du travail.

>> Lire : L’initiative pour l’emploi des jeunes sur la sellette pour 2016

Beaucoup de pays ont aussi réformé leur assurance chômage pour la rendre plus « incitative au retour à l’emploi » : les pays du sud ont renforcé le contrôle de la recherche d’emploi, baissé les allocations et/ou instauré une dégressivité ; ceux du Nord ont préféré baisser la durée d’indemnisation.

Le COE ne se prononce pas sur l’impact de toutes ces réformes sur l’emploi, par manque de recul.