EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

La France pèse à peine plus que la Lituanie au Parlement européen

Politique

La France pèse à peine plus que la Lituanie au Parlement européen

[European Parliament]

Allemagne, Italie et Pologne influencent bien plus les règlementations européennes que les Français, dont le poids politique s’avère limité en raison de la faible implication de nombreux élus. Trois femmes sauvent toutefois l’honneur de l’Hexagone, selon l’institut VoteWatch.

Une fois n’est pas coutume, les femmes se démarquent dans le jeu politique français. Du moins à Strasbourg et Bruxelles : les trois eurodéputés français les plus influents sont des femmes, si l’on en croit l’enquête fouillée réalisée par le site VoteWatch, qui a classé les élus européens selon des critères bien précis

Les socialistes Sylvie Guillaume, vice-présidente du Parlement, Pervenche Berès, chef de la délégation socialiste, et Marielle de Sarnez, eurodéputée centriste, se démarquent de leurs camarades en prenant la tête du classement des 74 eurodéputés.

Cette relativement bonne nouvelle en masque une autre assez préoccupante : Sylvie Guillaume est la seule Française classée parmi les 10 eurodéputés les plus influents. Et globalement très peu de Français se hissent à des places correctes dans le classement.

Comme le montre la carte ci-dessous, la France pèse autant sur les textes parlementaires sur la Lituanie ou l’Irlande  en poids moyen par député.

Niveau d'influence des élus, par pays

En revanche , la Pologne et l’Italie détiennent une influence nettement plus importante, si l’on en croit le nombre de leurs élus nationaux en tête de classement.

Trois polonais, du groupe PPE, sont dans le top ten de la chambre. Quant aux Italiens, ils bénéficient de l’influence de plusieurs élus, dont Gianni Pitella, à la tête du groupe S&D du Parlement européen, mais plusieurs autres eurodéputés marquent également leur forte implication.

Le classement de VoteWatch, établi à l’aide d’une enquête auprès de près de 300 représentants d’institutions européennes, d’ONG, de médias, de think tank ou de personnes représentant le secteur privé, mais aussi des statistiques de participation officielle des parlementaires, présente une certaine fiabilité, même si quelques arbitrages peuvent être contestables, comme le choix d’attribuer d’office des points aux postes de président ou de vice-président du Parlement –tous les élus ne font pas la même chose de leur poste.

Pour la France, la noirceur du tableau s’explique par le manque d’implication de certains élus sur les questions européennes, que ce classement met en lumière.

Le fait que les eurodéputés soient plus intéressés par la politique nationale qu’européenne est sans doute la clé dans leurs mauvaises notes.

Pourquoi 10 % des eurodéputés français se présente à la présidentielle

7 élus européens sur 74 se sont déclarés candidats à la présidence de la République. La majorité d’entre eux porte un message plus souverainiste qu’européen.

EurActiv.fr

Le casting de départ des délégations est parfois mis en cause. Les anciens ministres font rarement des eurodéputés très impliqués au niveau européen : c’est le cas de Vincent Peillon à gauche, et à droite de Brice Hortefeux, Rachida Dati, Nadine Morano ou Michèle Alliot-Marie, et ce contrairement à Alain Lamassoure qui obtient un bon classement général (30 points).

Mais c’est surtout l’ampleur de la délégation FN qui pénalise les Français : aucun des 24 eurodéputés élus au départ sous l’étiquette Front national n’atteint le classement des 10 % des élus les plus influents.