EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

21/01/2017

La Pologne recule sur la suppression de l’avortement après les manifestations

Politique

La Pologne recule sur la suppression de l’avortement après les manifestations

Des manifestations monstres ont eu lieu en Pologne pour dénoncer un projet de loi supprimant l'avortement

Les conservateurs ont rejeté mercredi la proposition de loi interdisant presque complètement l’avortement, 48 heures après d’importantes manifestations des adversaires de ce texte.

Leur vote semble traduire un renversement de la position de Droit et Justice (PiS), jusqu’à présent favorable à ce projet.

«Le PiS a composé avec sa conscience, car il a eu peur des femmes descendues dans la rue», a dit l’ancienne Première ministre libérale Ewa Kopacz, membre de la commission de la Justice.

Elle a souligné que «la bataille n’était pas terminée», car il fallait encore que le rejet soit approuvé par l’ensemble des députés, probablement jeudi.

Quelque 100.000 personnes, selon l’estimation prudente de la police, ont participé à des rassemblements et des marches dans toute la Pologne lors du «lundi noir» et de la «grève des femmes» organisés par les adversaires de l’interdiction de l’IVG.

Le lendemain, un début de tournant amorcé par les conservateurs était apparu en filigrane dans une déclaration de la Première ministre Beata Szydlo, qui a tenu à souligner mardi que la proposition de loi était une initiative citoyenne et ne venait pas de son gouvernement.

«Le gouvernement PiS n’a pas travaillé et ne travaille pas sur une loi changeant les dispositions actuelles en matière d’avortement», avait-elle dit lors d’une conférence de presse.

Des manifestations efficaces

Le ministre de la Science et de l’Enseignement supérieur, Jaroslaw Gowin, est allé plus loin, déclarant à une radio de province qu’un «projet d’interdiction de l’avortement ne passerait pas» concernant les cas de femmes victimes d’un viol, ou dont la santé ou la vie sont menacées.

Les protestations de lundi «nous ont fait réfléchir et nous ont donné une leçon d’humilité», a-t-il ajouté.

De son côté, l’épiscopat catholique a souligné mercredi qu’il était opposé à la peine de prison pour les femmes ayant avorté, inscrite dans la proposition de loi.

Le Parlement européen s’est également saisi de ce dossier mercredi: de nombreux députés issus de plusieurs familles politiques – sauf ceux issus du parti conservateur au pouvoir en Pologne – y ont vivement critiqué le texte lors d’un débat qui avait été prévu avant que ne soit connue l’issue du vote en commission à Varsovie.

Ce vote «est une première victoire», mais «nous allons être vigilants», a ainsi prévenu le chef de file des élus socialistes à Strasbourg, l’Italien Gianni Pittella. «Nous souhaitons que le Parlement polonais tire un trait sur cette proposition, sinon il y aura une opposition farouche de la part de la vaste majorité de ce parlement», a-t-il ajouté.

Mesures barbares

Au nom du groupe PPE (droite), c’est la Polonaise Barbara Kudrycka – membre de la Plateforme civique, parti de centre-droit désormais dans l’opposition – qui est montée au créneau, en s’adressant aux membres de son gouvernement: «Vous avez des coeurs de pierre! Les femmes ne sont pas des marchandises pour payer vos promesses électorales», a-t-elle déclaré.

Une élue du parti PiS, Jadwiga Wisniewska, lui a répondu que cette question ne relevait pas des compétences de l’Union européenne.

La Commission sort les griffes face à l’inertie polonaise

La Commission européenne est en train d’évaluer l’État de droit en Pologne et exige que le gouvernement polonais retire sa réforme du Tribunal constitutionnel. Un article de notre partenaire treffpunkteuropa.de.

EurActiv.fr

Et de fait, aucune traité européen n’évoque de compétence sur le sujet, ce qui place les eurodéputés dans la perplexité. « Bien sûr que le principe de subsidiarité doit s’appliquer. Mais face à des mesures aussi barbares, la question se pose » a assuré Alain Lamassoure, eurodéputé PPE.

«J’espère vraiment que la Pologne ne cessera pas ses efforts menant à une égalité» entre hommes et femmes, a de son côté souligné la commissaire européenne chargée de l’Egalité des genres, Vera Jourova.