La stratégie du « containment », ou l’échec de l’Europe

Podemos est-il un parti « social-démocrate » ? Oui, répond Pablo Iglesias, son dirigeant. [Ministerio de Cultura de la Nación Argentina/Flickr]

En jouant la ligne dure contre la Grèce, les créanciers voulaient faire un exemple politique. Cette stratégie semble avoir échoué entièrement, comme le démontrent les élections de dimanche en Espagne et en Pologne.

Les élections locales espagnoles du dimanche 24 mai signent, au-delà du contexte local, l’échec de la stratégie des Européens depuis le coup de tonnerre de la victoire de Syriza le 25 janvier dernier. Le refus du compromis avec le gouvernement grec a été caractérisé par le rejet complet des « listes de réformes » présenté par Athènes, par la mise en place d’un processus d’asphyxie financière de la Grèce et l’insistance sur des mesures d’austérité que l’on hésitait à imposer au gouvernement conservateur d’Antonis Samaras.

Les buts des créanciers de la Grèce

Quel était le but de cette stratégie ? Certainement pas, comme on essaie de le faire croire, assurer le remboursement des dettes contractées par la Grèce auprès de ses « partenaires. » Assure-t-on un tel remboursement en menant un pays au bord du défaut, en réduisant les moyens d’action de son gouvernement et en faisant peser sur sa croissance la menace d’un défaut et d’une sortie de la zone euro ? Quoi qu’en disent les experts patentés, la raison eût voulu dans cette affaire que les créanciers, tout en prenant des garanties que les Grecs étaient prêts à leur donner, laissent travailler le nouveau gouvernement grec. L’accord du 20 février, où Athènes acceptait de payer son dû et se reconnaissait liée par les « accords existants », ce qui était déjà des concessions considérables, aurait dû suffire aux créanciers. L’intérêt économique de toute l’Europe était de rapidement régler cette affaire grecque afin de se concentrer sur la timide reprise.

La stratégie du « containment »

Mais on a tout fait pour faire durer la crise grecque. C’est que, en réalité, la stratégie des créanciers était avant tout politique. Effrayés de voir débarquer dans leurs réunions feutrées des énergumènes sans cravate et professant des idées horriblement keynésiennes, les dirigeants européens ont voulu « faire un exemple » afin de « contenir » la poussée de ceux qui osent remettre en cause les choix pris depuis 2010. Cette stratégie était la même que celle du président américain Harry Truman, au début de la guerre froide, ce « containment » dont la Grèce fut, une des plus cruelles victimes par une guerre civile qui l’a durablement marquée. Pour éviter d’autres « dominos » de tomber, pour éviter que d’autres pays victimes de la logique des « sauvetages de l’euro » ne demandent à leur tour une restructuration de leurs dettes, il fallait mettre le gouvernement Tsipras à genoux. Il fallait que le Premier ministre hellénique finisse par reconnaître la vérité des choix économiques imposés par les créanciers. Alors, preuve eût été faite qu’il « n’y a pas d’alternative » puisque même ceux qui professe une alternative finissent par accepter le bréviaire. Dès lors, à quoi bon voter encore contre la pensée économique dominante ?

La leçon espagnole

Ce calcul a échoué. Quoi qu’il advienne, non seulement la résistance grecque place les créanciers désormais dans la position de devoir prendre le risque d’un défaut hellénique, mais la recherche d’une capitulation politique grecque n’a pas permis de contenir les oppositions ailleurs. C’est le principal enseignement des élections espagnoles du 24 mai. Certes, il convient de rappeler que le parti populaire (PP) de Mariano Rajoy demeure le premier du pays. Il faut aussi souligner combien le mouvement anti-austérité Podemos semble être un phénomène urbain. Mais « l’exemple grec » n’a pas dissuadé les électeurs espagnols de « châtier » les deux grands partis qui avaient soutenu l’austérité en 2011. Podemos, que les sondages disaient en déclin, a frappé les esprits en s’imposant comme une force centrale à Madrid et Barcelone, mais aussi à Saragosse. Quant au parti « centriste » Ciudadanos, sorte de copie du grec Potami, parti « rénovateur », mais « pro-européen », il a percé de façon bien plus limitée que ce que l’on pensait. Enfin, la poussée de la gauche, toutes tendances confondues, est très nette. Bref, si Podemos n’est certes pas « au porte du pouvoir » et si l’Espagne n’est pas la Grèce, la stratégie du « containment » a certainement échoué ce dimanche.

Cauchemar espagnol

Ce résultat est un vrai cauchemar pour les dirigeants européens. D’abord, parce que, comme la victoire de Syriza le 25 janvier, le succès de Podemos à Madrid et Barcelone et l’effondrement partout des conservateurs permet de relativiser le « miracle économique espagnol » qui serait le fruit des « réformes douloureuses. » Les Espagnols ont, dans les urnes, ruiné ce storytelling devenu récurrent pour faire accepter lesdites réformes, notamment de ce côté-ci des Pyrénées. Ensuite, parce que les élections du 20 novembre présentent un défi délicat pour l’Europe. Si Podemos participe au pouvoir, il y aura une remise en cause de l’idéologie dominante en Europe, et un nouveau domino tombera. Si, en revanche, les deux partis traditionnels s’allient dans une « grande coalition » qui fait tant rêver les fonctionnaires européens, Podemos deviendra la première force d’opposition et on risque de reporter la chute du domino espagnol à plus tard.

Suite au Portugal et en Irlande ?

Le « containment » semble avoir échoué dans les autres pays qui ont connu les visites de la troïka. Si la greffe « Podemos » n’a pas pris au Portugal et si l’extrême gauche n’y progresse pas, les socialistes portugais n’hésitent plus à reprendre des éléments de langage de la gauche radicale et évoquent notamment désormais une négociation sur la dette. En Irlande, le Sinn Fein pourrait aussi l’an prochain faire une percée et prendre la première place, ce qui, là aussi, viendrait, là aussi, remettre en cause le fameux « retour du Tigre celtique grâce à l’austérité. » Dans ces deux cas non plus, le traitement infligé aux Grecs n’a pas eu l’effet espéré par les dirigeants européens.

Les eurosceptiques de droite ont aussi le vent en poupe

Mais il y a encore pire. La stratégie du « containment » n’a pas davantage réussi à calmer l’essor des eurosceptiques de droite. Pour une raison simple : la dureté avec laquelle les Grecs sont traités a alimenté le fonds de commerce « anti-Grec » et plus largement anti-euro de ces mouvements. La méfiance des créanciers de la Grèce a été prise comme preuve de la réalité des clichés contre ce pays. Une bénédiction pour des mouvements comme les Finnois de Timo Soini, arrivé en deuxième position le 19 avril lors des élections législatives finlandaises, mais plus généralement pour tous les eurosceptiques du nord. De même, l’utilisation par les créanciers des oppositions internes à la zone euro entre les « bons élèves pauvres » (baltes ou d’Europe centrale) et « les mauvais élèves » du sud pour faire céder Athènes a été du pain béni pour les mouvements nationalistes de ces pays. Sans compter que ces pays ont pu aussi voir dans la renaissance de la crise grecque la confirmation de trois de leurs présupposés : l’incapacité de la bureaucratie bruxelloise, la mise en danger par l’Europe de l’argent des contribuables et la faillite des « sauvetages » de 2010-2011.

Aussi l’euroscepticisme fleurit-il toujours davantage au nord et à l’est. Dimanche où les électeurs polonais ont infligé une gifle retentissante à Bruxelles en élisant contre toute attente à la présidence de la République le conservateur eurosceptique Andrzej Duda, contre le candidat du président du Conseil européen et ancien premier ministre Donald Tusk !

L’appel de Matteo Renzi

Le « containment » prend donc l’eau de toute part. Les dirigeants européens devraient donc d’urgence repenser leur stratégie vis-à-vis de la Grèce, mais, plus généralement, les fondements de leur pensée économique. Les électeurs n’ont pas toujours tort et leurs « protestations » révèlent aussi une forme de réalité économique que les dirigeants s’obstinent à ne pas vouloir appréhender au nom du « long terme. » Cet aveuglement qui fait de toute politique alternative un « populisme » mène l’Europe dans le mur. Matteo Renzi qui, ce week-end, devra faire face à des régionales difficiles, a, une nouvelle fois, appelé l’Europe à « changer. » Sera-t-il entendu ? Tout commencerait par la construction d’une vraie discussion avec Athènes. Plus que jamais l’avenir de l’Europe se joue en Grèce.

Cet article a initialement été publié sur le site de la Tribune