EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/08/2016

Le FN veut récupérer la controverse sur le TTIP

Politique

Le FN veut récupérer la controverse sur le TTIP

Marine Le Pen, 18 mai 2015

Le Front national lance une campagne contre le traité transatlantique, deux ans après le début des négociations commerciales entre l’UE et les Etats-Unis.

Le Front national a lancé, lundi 18 mai, une campagne contre le traité transatlantique (TAFTA en français ou TTIP en anglais), à la représentation du Parlement européen, à Paris. Une décision tardive, si l’on considère que l’UE négocie depuis presque deux ans ce traité de libre-échange avec les États-Unis, et à propos duquel de nombreux partis et courants politiques ont déjà commencé à se mobiliser, le plus souvent pour s’y opposer ou réclamer des aménagements.

Cette campagne, qui doit durer un mois et se terminera par un congrès sur le sujet, fait écho au lancement, en décembre dernier, d’un courant « écologiste » au sein du Front national, qui se targue d’avoir aujourd’hui 200 adhérents.

>>Lire aussi : Le Front national veut faire de l’écologie.

Interrogée par EurActiv sur ce qui différenciait la position du FN des autres partis sur les négociations commerciales, Marine Le Pen a assuré que la politique ne consistait pas « à se répartir des parts de marché », et qu’avec la première délégation au Parlement européen, le FN était légitime pour se positionner. « J’appelle toutes les formations avec lesquelles nous ne sommes pas forcément d’accord sur d’autres sujets à se mobiliser, encore plus, contre ce traité » a assuré la numéro 1 du FN. Ce qui n’enchante pas forcément les précurseurs de la lutte anti-TTIP.

« C’est une escroquerie intellectuelle, les ressorts nationalistes du FN ne correspondant pas à la logique du Tafta qui est porté par les élites et les multinationales de tous les pays» estime Maximes Combes, représentant d’Attac en France. Le FN a repris un des hashtags déjà utilisés sur le sujet, #NonAuTafta, même si Attac utilise plus #StopTAFTA. Attac souligne aussi les 40 ans d’analyse critique sur le commerce international, qui alimentent une réflexion de fond sur le sujet dont se nourrissent gauche radicale ou Verts. « Mais si le FN se permet de lancer une campagne sur ce sujet, c’est aussi que la gauche française n’est pas assez claire. Trois des quatres motions qui seront présentés au congrès du PS sont contre le traité, et pourtant le gouvernement le soutient » ajoute le représentant d’Attac.

Le TTIP, un source de destruction d’emplois ?

« Un million d’Allemands ont signé la pétition contre le traité transatlantique, et seulement 60.000 Français s’est désolé Eric Richermoz, du Front national jeunesse, estimant qu’il y a en France un «tabou sur le sujet », qui serait délibérément occulté par l’UMP et le PS. La pétition contre le traité a initialement été lancée par des organisations issues de la gauche radicale.

« On n’entend pas parler du TAFTA en France » a aussi regretté, Marine Le Pen, estimant que ce traité représentait une menace pour des milliers d’emplois. Une assertion difficilement vérifiable : les différentes études sur le sujet adoptent des conclusions divers, mais concluent le plus souvent à un gain net d’emplois. Ainsi l’étude du CEPR réalisé pour la Commission européenne prévoit la création de plusieurs millions d’emplois en raison de l’augmentation des exportations. Une étude allemande évoque de son côté des transferts d’emploi entre les différents pays, le traité bénéficiant surtout aux pays les moins exportateurs pour l’heure, au sud de l’Europe. Le FN exploite toutefois le doute qui entoure ces questions d’emplois, maintes fois souligné par les opposants au traité. Le secrétaire d’État au commerce extérieur, Mathias Fekl, a d’ailleurs demandé à la Commission de lancer une nouvelle étude qui serait réalisée par un institut indépendant sur l’impact économique du traité.

De l’utilisation du Parlement européen à des fins nationales

« Un traité, ça se fait et ça se défait » a enfin prévenu l’eurodéputée, assurant que si le FN était élu lors des élections présidentielles en 2017, le TAFTA ne subsisterait pas –dans l’hypothèse où il eut été signé auparavant. Alors qu’une enquête préliminaire est toujours en cours au parquet de Paris à propos de l’utilisation à des fins nationales des fonds du Parlement européen par le FN, l’élue a une fois de plus montré comment elle utilise le Parlement européen, y compris ses locaux parisiens, pour servir son ambition nationale.

>>Lire : Le Parlement européen s’alarme de financer le Front national

Contexte

Né dans les années 1970 à partir d'une myriade de courants d'extrême-droite rassemblés autour de Jean-Marie Le Pen, le Front national a toujours connu des courants très distincts en son sein. La stratégie de normalisation entreprise par Marine Le Pen depuis qu'elle a pris la présidence du pari s'inscrit dans celle des autres parti européens d'extrême-droite, qui plaident pour un "welfare chauvin", soit un Etat protecteur, mais seulement pour une partie de la population. Marine Le Pen tente de s'éloigner des thèses ou propos racistes émises par d'autres partis européens ou à l'intérieur de son propre parti, notamment dans la perspective des élections présidentielles de 2017 en France.Né dans les années 1970 à partir d'une myriade de courants d'extrême-droite rassemblés autour de Jean-Marie Le Pen, le Front national a toujours connu des courants très distincts en son sein. La stratégie de normalisation entreprise par Marine Le Pen depuis qu'elle a pris la présidence du pari s'inscrit dans celle des autres parti européens d'extrême-droite, qui plaident pour un "welfare chauvin", soit un Etat protecteur, mais seulement pour une partie de la population. Marine Le Pen tente de s'éloigner des thèses ou propos racistes émises par d'autres partis européens ou à l'intérieur de son propre parti, notamment dans la perspective des élections présidentielles de 2017 en France.

Plus d'information

Commission européenne

German Institute for Security and International Affairs

China Institute of International Studies