EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

Le Sénat plaide pour une levée des sanctions contre la Russie

Politique

Le Sénat plaide pour une levée des sanctions contre la Russie

Vladimir Poutine

[Bohan Shen/ Flickr]

Les sénateurs français ont adopté massivement mercredi, une résolution prônant une « sortie de crise » avec la Russie en proposant la levée progressive des sanctions européennes prise après l’annexion de la Crimée.

Le Sénat, où la droite est majoritaire, a adopté contre l’avis du gouvernement une résolution qui propose un allègement progressif des sanctions économiques sectorielles contre la Russie, la réévaluation des sanctions diplomatiques et politiques et la levée progressive des sanctions visant les parlementaires russes.

Présentée par Yves Pozzo di Borgo (UDI, centriste) et Simon Sutour (PS), le texte a pour objectif « de mettre en évidence les limites de la situation actuelle » et d’offrir « une solution à la fois concrète et réaliste de sortie de crise ».

La proposition de résolution a été adoptée par 302 voix contre 16. Les groupes Les Républicains (LR) et PS mais aussi celui du Front de gauche, ont voté majoritairement pour.

Conseil européen

Ce vote intervient à quelques jours de la réunion du Conseil européen des 28 et 29 juin qui doit aborder la question de la prolongation des sanctions prises à l’encontre de Moscou.

Harlem Desir, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, avait défendu le rejet de la résolution, déclarant que « les sanctions sectorielles ne pourront être levées qu’en fonction de la mise en oeuvre des accords de Minsk ».

>>Lire : Paris vise une levée des sanctions contre la Russie cet été

« L’ambition de la France, comme de l’Allemagne, est de parvenir à une paix durable et négociée, conformément à la mise en oeuvre des accords de Minsk, seule feuille de route agréée par l’ensemble des parties. Son respect intégral permettra la levée des sanctions. Chaque pas dans ce sens doit être encouragé et soutenu », a-t-il dit.

« Oui, nous souhaitons la levée des sanctions, en lien avec le règlement de la crise dans le Donbass. Oui, si les accords de Minsk sont respectés, les sanctions seront levées », a-t-il souligné, mais « ce serait une erreur de sortir de ce cadre. »

Signal négatif

Mais selon Hervé Maurey (UDI-UC) qui a déposé en vain une motion de rejet, cette résolution est « scandaleuse ». « L’adoption de cette proposition de résolution est un signal politique très négatif envoyé au peuple ukrainien, qui a clairement manifesté son souhait de réformes et son désir d’Europe », a-t-il dit.

>>Lire : Une levée des sanctions contre la Russie sacrifierait les valeurs de l’UE

« Je suis atterré par cette résolution », a dit Claude Malhuret (Les Républicains, LR). « Si par malheur le gouvernement français devait la suivre, ce serait la victoire de Poutine. Comme tous les dictateurs, et comme tous les anciens du KGB, il a toujours su une chose, c’est qu’avec les démocraties, il suffit d’attendre », a-t-il poursuivi. « Elles cèdent toujours les premières »

Les députés avaient adopté le 28 avril, contre l’avis du gouvernement, une résolution beaucoup plus ferme que celle du Sénat demandant la levée rapide des sanctions imposées par l’Union européenne (UE) à la Russie après l’annexion de la Crimée et les violences en Ukraine.

Prochaines étapes

  • 28 et 29 juin: Conseil européen à Bruxelles