EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

Les conservateurs espagnols remportent les élections législatives

Politique

Les conservateurs espagnols remportent les élections législatives

Le chef du gouvernement espagnol sortant, le conservateur Mariano Rajoy, 60 ans, qui brigue sa réélection, doit maintenant essayer de former une coalition.

[LT]

Le Parti populaire espagnol remporte une mince victoire aux élections, mais devra s’allier avec d’autres partis pour former un gouvernement. Les négociations pourraient durer. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Le Parti populaire (PP, conservateurs) du Président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a remporté les élections législatives de dimanche 20 décembre, obtenant 28,7 % des suffrages, selon les résultats définitifs communiqués lundi matin par le ministère de l’Intérieur.

Le PP obtient ainsi 123 sièges sur les 350 du Congrès des députés (la chambre basse des Cortes Generales, le Parlement espagnol), contre 90 pour les socialistes (PSOE), 69 pour le parti anti-austérité Podemos et ses partenaires et 40 pour les centristes de Ciudadanos. La majorité absolue se situe à 176 sièges : pour gouverner ces quatre prochaines années, le PP devra donc s’allier avec d’autres partis.

Plusieurs majorités possibles

S’exprimant devant ses partisans, Mariano Rajoy a ainsi déclaré qu’il allait tenter de former un gouvernement et qu’il faudrait poursuivre les réformes économiques. Il n’a pas caché que les jours à venir seraient difficiles et que des alliances devraient être forgées.

La Constitution espagnole ne prévoit pas de délai précis pour la formation d’un gouvernement après des élections, et plusieurs configurations sont possibles: un accord de centre droit entre le PP et Ciudadanos, un gouvernement PP minoritaire, mais aussi une alliance de centre gauche entre le PSOE et Podemos ou de nouvelles élections. La possibilité d’une grande coalition entre le PP et les socialistes a en revanche été vigoureusement exclue par les deux partis lors de la campagne électorale.

Selon les observateurs, les négociations pourraient prendre de longues semaines.

Le système politique bipartisan mis en cause

L’entrée spectaculaire de Podemos à la chambre basse fait en effet basculer l’équilibre des forces vers la gauche. « Le PP sera le premier à essayer de former une coalition mais le bloc de gauche à plus de chances parce qu’il additionne plus de sièges », a déclaré  Ignacio Jurado, professeur de Sciences politiques à l’Université de York.

Pour le chef de file Podemos, Pablo Iglesias, le résultat de dimanche montre que le système politique bipartisan, en vigueur depuis la fin de la dictature franquiste il y a quarante ans, a vécu.

« Aujourd’hui est un jour historique pour l’Espagne […]. Nous entamons une nouvelle ère politique dans notre pays », s’est-il réjoui devant ses partisans : « l’Espagne ne sera plus jamais la même ».

>> Lire : Mariano Rajoy en position difficile avant les élections en Espagne