EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

06/12/2016

Les députés allemands reconnaissent le génocide arménien

Politique

Les députés allemands reconnaissent le génocide arménien

Les députés allemands ont adopté le jeudi 2 juin une résolution reconnaissant le génocide arménien, un vote contesté avec véhémence par la Turquie, partenaire clé, mais difficile notamment sur la question cruciale de la crise migratoire en Europe.

Ce vote risque en effet de compliquer encore des relations déjà tendues avec Ankara notamment sur l’application d’un accord controversé entre l’Union européenne et la Turquie, porté par Berlin, qui a permis de réduire considérablement l’afflux de migrants en Europe.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace de ne pas appliquer ce pacte, faute d’obtenir à ses conditions une exemption de visas Schengen pour ses concitoyens.

>> Lire : La résolution allemande sur le génocide arménien risque d’envenimer la relation avec la Turquie

Le texte intitulé « Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d’autres minorités chrétiennes il y a 101 ans » a été adopté à la quasi-unanimité des présents (une voix contre et une abstention) à la mi-journée alors que des personnes présentes dans le public ont brandi des panneaux sur lesquels on pouvait lire « Danke » (merci).

Quelques minutes après le vote, la Turquie a qualifié l’adoption du texte d’« erreur historique » de l’Allemagne, considérant cette résolution comme « nulle et non avenue » tandis que l’Arménie saluait « un apport appréciable de l’Allemagne à la reconnaissance et à la condamnation internationales du génocide arménien ». « Alors que l’Allemagne et l’Autriche, en tant qu’anciennes alliées de l’Empire ottoman, reconnaissent aujourd’hui leur part de responsabilité dans le génocide arménien, les autorités de Turquie continuent à rejeter obstinément le fait indéniable de génocide commis par l’Empire ottoman », a déclaré le ministre arménien des Affaires étrangères, Édouard Nalbandian, dans un communiqué.

Menaces de mort

En ouverture des débats au Bundestag, chambre basse du parlement allemand,, Norbert Lammert, son président, avait souligné que cette assemblée n’était ni « un tribunal » ni une « commission d’historiens », mais que les députés allemands prenaient « leurs responsabilités » en se prononçant sur une telle résolution.

Il a déploré les « nombreuses menaces, y compris de mort » ayant visé certains députés en amont de ce débat, notamment les élus ayant des origines turques. L’Allemagne compte près de 3 millions d’habitants d’origine turque, une des plus grandes diasporas au monde.

Ces menaces sont « inacceptables » et « nous ne nous laisserons pas intimider », a-t-il ajouté.

Test pour l’amitié germano-turque

La majorité des orateurs a pris soin de souligner que cette résolution ne visait pas les autorités turques actuelles, mais le gouvernement Jeune Turc de l’époque, responsable des massacres de 1915.

À quelques heures du vote, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, avait estimé depuis Ankara que l’initiative du Bundestag constituait « un véritable test de l’amitié » entre l’Allemagne et la Turquie.

Le président Recep Tayyip Erdogan avait lui téléphoné mardi à la chancelière Angela Merkel pour dénoncer un « piège » qui pourrait « détériorer toutes nos relations avec l’Allemagne ».

Dans le texte, le Bundestag « nomme par son nom ce qu’a été la réalité des massacres commis […] à savoir un génocide », a expliqué Franz Josef Jung le vice-président du groupe parlementaire conservateur (CDU/CSU) à l’origine de cette résolution avec les sociaux-démocrates du SPD et le groupe d’opposition des Verts.

La résolution déplore en outre « le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l’Empire ottoman […] n’a rien entrepris pour stopper ce crime contre l’Humanité ».

Angela Merkel n’était pas présente pour assister aux débats et voter sur ce texte, mais lors d’un vote-test au sein du groupe parlementaire conservateur, elle avait soutenu la résolution.

L’un des responsables du groupe d’opposition de la gauche radicale Die Linke, Gregor Gysi, a critiqué l’absence de la chancelière, comme celle du vice-chancelier et chef du SPD, Sigmar Gabriel : « Ce n’est pas particulièrement courageux ».

Perturbation durable ?

Malgré un vote à la majorité écrasante au parlement, les potentiels remous causés par la résolution inquiètent jusque dans les rangs du gouvernement allemand. Le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a déjà exprimé des réserves et son porte-parole a dit « espérer » qu’il ne causera pas de « perturbation durable des relations avec la Turquie ».

La résolution du Bundestag constitue un pas supplémentaire vers une reconnaissance officielle en Allemagne du génocide des Arméniens, après que le président allemand a, le premier, utilisé le terme de génocide pour qualifier les massacres commis contre les Arméniens en 1915. Mais le texte n’engage pas le gouvernement d’Angela Merkel.

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l’Empire ottoman. Nombre d’historiens et plus de vingt pays, dont la France, l’Italie et la Russie, ont reconnu un génocide.

La Turquie affirme pour sa part qu’il s’agissait d’une guerre civile, doublée d’une famine, dans laquelle 300 000 à 500 000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.