EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Les extrêmes droites européennes se réjouissent

Politique

Les extrêmes droites européennes se réjouissent

Marine Le Pen et le néerlandais Geert Wilders au Parlement européen

Les droites nationalistes et les partis d’extrême droite d’Europe ont réagi ce mercredi avec enthousiasme à la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Un article de notre partenaire Ouest-France.

 En France, Marine Le Pen a réagi très tôt sur Twitter, adressant vers 07h30 (06h30 GMT), avant même l’officialisation de la victoire du candidat républicain, ses « félicitations au nouveau président des Etats-Unis Donald Trump et au peuple américain, libre ! »

Durant la campagne américaine, la présidente du Front national, candidate à la présidentielle de 2017, avait été l’une des rares personnalités politiques françaises à avoir affiché sa préférence pour Trump.

En Hongrie, le Premier ministre Viktor Orban, figure de proue des droites nationalistes européennes, a vu dans la victoire du milliardaire new-yorkais une « grande nouvelle ». « La démocratie est toujours en vie », a-t-il poursuivi dans un message posté sur sa page Facebook.

En juillet, le chef du gouvernement hongrois, vent debout contre les projets de la Commission européenne de quotas de migrants dans l’UE, avait qualifié de « vital » le programme de Trump en matière d’immigration et de politique étrangère – et de « mortels » les projets d’Hillary Clinton. Il avait été le premier chef d’un gouvernement européen à prendre position dans la campagne américaine.

Aux Pays-Bas, Geert Wilders, du Parti pour la liberté (PVV), en campagne pour les élections législatives de mars prochain, a adressé ses félicitations à Donald Trump via son compte Twitter. « Votre victoire est historique, et pour chacun d’entre nous », commente-t-il, reprenant en mots-clefs le slogan du candidat républicain (Make America Great Again, rétablir la grandeur de l’Amérique) à la sauce néerlandaise (Make The Netherlands Great Again).

Dans les dernières heures de la campagne américaine, l’entourage de Trump affirmait que le niveau de soutien en faveur du magnat de l’immobilier n’apparaissait pas à sa juste valeur dans les sondages et tablait sur une victoire en forme de coup de théâtre à la manière du vote britannique en faveur du Brexit en juin dernier.

La comparaison n’a pas échappé en Grande-Bretagne à Nigel Farage, qui a mené la campagne référendaire du Parti de l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP). « Je transmets le relais à Donald Trump. Toutes mes félicitations. Vous avez livré une campagne courageuse », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Le parti de droite antimigrants Alternative für Deutschland (AfD), qui a signé cet automne en Allemagne une série de percées électorales dans plusieurs Länder, voit dans la victoire de l’outsider républicain une validation de ses analyses. « La victoire de Donald Trump est un signe que les citoyens du monde occidental veulent un changement clair de politique », a commenté Beatrix von Storch, dirigeante adjointe de l’AfD.

En Autriche, où elle a qualifié son candidat pour le second tour de l’élection présidentielle, l’extrême droite a accueilli avec enthousiasme la victoire de Trump. « La gauche politique de même que les élites distantes et louches sont sanctionnées par les électeurs et évincées des postes de pouvoir élection après élection », a souligné Heinz-Christian Strache, chef de file du Parti de la liberté (FPÖ), qui espère l’élection le 4 décembre prochain de son candidat à la présidence, Norbert Hofer.

En Belgique, les séparatistes flamands du Vlaams Belang, formation anti-islam, espère que la victoire inattendue de Trump, déjouant les analyses et les derniers sondages, préfigure des succès similaires en Europe. « L’élection américaine montre de nouveau à quel point les politiciens sont coupés du peuple », a tweeté le président du parti, Tom Van Grieken. « La marche de Trump n’est pas un phénomène isolé. En Europe aussi, de plus en plus d’électeurs veulent un changement réel. »

En Grèce, le parti néo-nazi Aube dorée a vu dans l’élection de Trump « une victoire des forces qui s’opposent à la mondialisation, qui combattent l’immigration clandestine et sont favorables à des Etats ethniquement purs et à l’autosuffisance en matière d’économie nationale ».

« Un grand changement mondial commence, qui se poursuivra avec la victoire des nationalistes en Autriche, de Marine Le Pen en France et d’Aube dorée en Grèce », a poursuivi le porte-parole de la troisième force politique du pays.

logo-ouest-france