Marielle de Sarnez, une pro-CETA aux affaires européennes

À Bruxelles et Strasbourg, Marielle de Sarnez est surtout connue pour rester dans la ligne du groupe de l'Alliance des Libéraux et Démocrates Européens, dont est membre le MoDem. [@Parlement européen]

La carrière de cette Parisienne de 66 ans, nommée ministre déléguée aux Affaires européennes, se confond avec celle de son mentor : François Bayrou. À Strasbourg, où elle siège au Parlement européen, elle s’est fait connaître pour défendre ardemment le traité CETA avec le Canada. Un article de notre partenaire, La Tribune.

À l’UDF, on les savait inséparables depuis toujours. Marielle de Sarnez, qui vient d’être nommée ministre déléguée aux Affaires européennes, a pourtant débuté sa carrière politique à une époque où le président du MoDem, François Bayrou, simple député des Pyrénées-Atlantiques, était encore très loin d’avoir réussi à évincer ses concurrents pour accéder à la tête du parti centriste, le dernier en date ayant été le Savoyard Bernard Bosson au début des années 1990, décédé il y a deux jours.

L’Europe passe devant les Affaires étrangères dans le nouveau gouvernement

Le gouvernement d’Edouard Philippe a mis l’Europe à l’honneur, en rebaptisant le ministère des Affaires étrangères. Jamais l’Europe n’a aussi bien été servie dans les arbitrages.

À Strasbourg depuis 1999

Mais depuis l’époque où son mentor avait été fait secrétaire général de l’UDF en 1991, ils ne se sont jamais éloignés. Élue sur sa liste aux élections européennes de 1999, elle ne quittera plus les rangs du Parlement européen, tout en restant la cheville ouvrière des transformations successives du parti devenu, au terme de plusieurs mues, le MoDem.

À Bruxelles et Strasbourg, Marielle de Sarnez est surtout connue pour rester dans la ligne du groupe de l’Alliance des Libéraux et Démocrates Européens, dont fait partie le MoDem. Membre de la commission du commerce international, elle s’est notamment distinguée, parmi les députés français, pour sa défense véhémente du traité CETA avec le Canada contre lequel s’était élevée une large frange de ses compatriotes.