EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

Polémique autour de la nomination d’un Français au gouvernement moldave

Politique

Polémique autour de la nomination d’un Français au gouvernement moldave

Stéphane Bridé est nommé à 43 ans ministre moldave des Finances et vice-Premier ministre.

(Crédit : DR)

Stéphane Bridé est le premier étranger à accéder à des responsabilités gouvernementales dans cette ex-République soviétique. Son passé d’auditeur financier interroge les médias moldaves, mais également les députés de l’opposition…

Un Français vice-premier ministre et ministre des Finances en Moldavie ! Voilà le curieux destin de Stéphane Bridé, ex-auditeur de chez Ernst&Young, marié à une Moldave et naturalisé de sa nouvelle terre d’adoption en 2013.

« L’opportunité s’est présentée en début d’année avec le Parti démocrate de Moldavie (PD, proeuropéen, ndlr), qui était à la recherche d’un expert d’origine européenne connaissant le contexte moldave, après les élections générales de novembre », explique à l’AFP cet homme de 43 ans.

« Mystérieux » et « exotique »

Pour la presse moldave, Stéphane Bridé fascine autant qu’il interroge. Son « exotisme » fait évidemment parler, mais son « mystérieux » passé de « financier » intrigue les médias qui se méfient de ses liens supposés avec le monde de la finance.

Arrivé en 1999 dans l’ex-République soviétique, le Français a tour à tour travaillé comme auditeur pour France Telecom avant de fonder le bureau local d’Ernst&Young. En 2010, il fonde le bureau d’un autre grand cabinet d’audit : Grant Thornton. Certains blogueurs ont mis en cause sa société d’audit dans des affaires de fraude et de comptes truqués. Une sale affaire puisque plusieurs banques qui affichaient des résultats positifs, et des comptes validés par Grant Thornton, se sont retrouvés dans des situations de faillite en 2013, contraignant l’État et la banque centrale à intervenir d’urgence.

D’ailleurs, le gouvernement a été soumis à la question sur ce sujet par Ion Ceban, un député socialiste, lors de la constitution de son équipe. « En 2013, l’audit de la Banque d’économie a été positif alors que cette dernière était en pleine crise. Est-ce donc possible que quelqu’un qui n’a pas pu prévoir les problèmes de cette banque puisse avoir le droit moral et juridique d’occuper la fonction de ministre de l’Économie ? », avait demandé Ion Ceban à l’occasion du vote de confiance du nouveau gouvernement par le parlement.

Une économie en crise

Pour Stéphane Bridé, le défi qui se pose à lui aujourd’hui est immense. « Me voilà aujourd’hui aux commandes du ministère de l’Économie et vice-premier ministre, un changement fondamental et un défi hors norme », déclare-t-il dans un entretien accordé à l’AFP.

La Moldavie est un petit pays de 3,5 millions d’habitants avec un PIB de 7,2 milliards d’euros en 2014. Le pays est historiquement très dépendant de la Russie. Or, celle-ci a imposé un embargo sur les produits agroalimentaires après la signature d’un partenariat avec l’Union européenne. Elle a aussi entravé les transferts de fonds des travailleurs moldaves en Russie qui correspondent au quart du PIB. Cet embargo pourrait faire plonger l’économie moldave en 2015 dans une récession de 1% après une croissance de 4,6 % en 2014.

Cet article a initialement été publié sur le site de la Tribune